« I spend a lot of time checking soundcloud accounts with like 10 followers, then looking who they follow and going down the wormhole that way » – Alex Hall en interview

« I spend a lot of time checking soundcloud accounts with like 10 followers, then looking who they follow and going down the wormhole that way » – Alex Hall en interview

To celebrate the (upcoming) 5th anniversary of the Manchester-based label Natural Sciences, we talked about its eclectic selection with Alex Hall, the boss.

Interview (English)

Hi Alex, happy birthday to your label Natural Sciences, how does it feel to have 5 years again ? 

Thank you. Our actual fifth birthday is in 2020 so we’ll be rolling out some special releases and one-off nights across the year. Feels pretty weird to be honest – you don’t think when you start something up that people might actually be into it.

What’s fundamentally different for you 5 years after the beginning? 

As the catalogue has expanded we’ve managed to bring in more sounds and expand the scope of the label – always wanted it to be more than a “techno” or whatever label, and over the last few years especially we’ve pushed forward stuff like Dungeon Rap and trap which has started to lead to some pretty interesting collabs and future releases. It’s just about getting to where i want it to be. Aside from that, it’s still be running the label out of my flat, making costly mistakes and dealing with the consequences. 

Are you more into digging and scouting new faces everyday or you’re more waiting for the offers to come on your table ? 

Definitely the first option. I spend a lot of time checking Soundcloud accounts with like 10 followers, then looking who they follow and going down the wormhole that way. Professional stalker. 

Where do you see yourself and your label in 5 years ? 

Hopefully still running. Get a few more tapes and records out there and push for the big 100. Then sell it all to a major, wipe the hard drive and burn the bridges. 

From African Valley Ghost’s experimental music to Strahinja Arbutina’s break techno, where do you position yourself musically speaking of course ? 

Somewhere in the space between all the releases on the label. I find it hard to just listen to one type of music, so the label is just me trying to keep myself interested. 

We can also find Mutant Joe’s Home Invasion Anthems on your label which is quite undescribable in terms of style, a mix between many things, what’s your policy concerning releases ? We can see that you don’t follow just only one genre…

Really there is no policy at all. Anything goes. Once I listen I’ll know in the first 10 seconds if it’s going to come out on the label or not. 

We often like to have the vision from a label’s boss perspective on how is the electronic scene going, if you had to have a crystal ball or play the doctor, what would be your diagnosis ? 

Terminal. I think it’s quite scary how a few ticket websites seem to be the overlords of a culture that should be thriving in the underground away from marketing pressures. The ones that are in it for seemingly the right reasons are sucked dry by facebook, or eventually go down the easy clickbait route and all end up  posting the same content because they get sick of eating canned meals every day to pay for bandwidth. The only upside of these spots going down is that it might force people to get inventive and maybe shift back towards a more word of mouth / DIY approach. Honestly who knows / cares. 

Manchester’s history in terms of music has always been linked with electronic music. Nevertheless, we hear more stuff coming these days from Bristol or London than we used to have before in Manchester… Are we wrong ? How is the city going musically speaking ? In terms of labels, collectives, solo artists… ? 

There’s plenty going on but you won’t hear people up here shouting about it. The White Hotel is the best club potentially in Europe and there’s labels / collectives / club nights / publications forming every other week. It’s interesting to dig it.

Pour fêter les (presque) 5 ans du label mancunien Natural Sciences, on a discuté d’éclectisme au sein de son label avec Alex Hall, le boss.

Interview (Français)

natural sciences

Salut Alex, tout d’abord on voudrait te souhaiter un bon anniversaire pour les 5 ans de ton label, ça fait quoi de fêter 5 ans ?

Merci beaucoup. Notre vrai anniversaire sera en 2020 du coup on va sortir quelques release spéciaux. C’est assez bizarre pour être honnête. Tu ne penses pas quand tu commences quelque chose que ça va plaire aux gens.

Qu’est ce qui a changé fondamentalement depuis les débuts du label ?

Le catalogue s’est diversifié et on a réussi à apporter une diversité sonore qui a élargi les styles du label. On a toujours voulu être plus qu’un label “techno” ou juste un simple label, depuis quelques années on s’est concentré sur des choses plus pointues comme le Dungeon Rap et la trap ce qui nous a menés vers des collaborations et des sorties à venir  assez intéressantes. Ca commence à peine à prendre la forme que j’ai envie que les choses prennent. A part ça, on dirige toujours le label depuis mon appartement, on fait des erreurs qui nous coûtent et on souffre naturellement des conséquences.

Est ce que t’es toujours à la recherche de nouveaux talents, de nouvelles pépites ou est-ce que maintenant t’attends à ce qu’elles viennent à toi ?

La première bien sûr. Je passe beaucoup de temps à écouter des comptes Soundcloud qui ont une dizaine de followers, puis je regarde qui est ce qu’ils suivent et je me perds dans les méandres d’internet comme ça. Je suis un stalker professionnel.

Tu t’imagines comment dans 5 ans ?

Toujours présents j’espère. Avec un peu plus de cassettes, de sorties et pousser pour arriver dans les top 100. Une fois arrivés là je vendrais le truc à une grande major, j’effacerais tout ce qu’il y a sur mon disque dur et je mettrais le feu à tout ce qu’il y a derrière moi.

Entre la musique expérimentale de African Valley Ghost et la techno breakée de Strahinja Arbutina, où te positionnes tu en termes de musique ?

Quelque part au juste milieu entre toutes les sorties du label. Je pense que c’est dur de se cantonner à qu’un seul type de musique, le label c’est surtout une réflexion de moi qui essaye de m’intéresser à tout.

On retrouve aussi l’album de Mutant Joe, Home Invasion Anthems, sur ton label qui correspond à un genre plutôt indescriptible, un mélange de beaucoup de choses, c’est quoi ta politique concernant les sorties sur ton label ?

Il n’y en a aucune. Tout ce qui me passe par la main et qui me plait. Une fois que j’écoute un morceau je sais dans les 10 premières secondes si ça va sortir sur mon label ou pas.

On aime bien demander leurs avis aux boss de label concernant l’état de santé de la scène de musique électronique, si t’avais une boule de cristal ou t’étais un docteur, quel diagnostic tu lui donnerais ?

En phase terminale. C’est assez effrayant de voir le monopole de quelques sites de vente de tickets, à quel point c’est les seigneurs de cette culture qui devrait supposément rester underground et hors de la pression mercantile. Ceux qui font partie de ce réseau se font bien évidemment spolier par Facebook, ou tombent éventuellement dans le piège pute à click et finissent par publier le même contenu parce qu’ils en ont marre de manger de la nourriture en boîte tous les jours pour se permettre d’exister sur la bande passante. Le seul avantage que je vois à cette tendance c’est que les gens vont être incités à être inventifs et revenir vers une logique de bouche à oreille / DIY. En vrai personne ne sait et personne ne s’y intéresse réellement.

L’histoire de Manchester a toujours avancé conjointement à celle de la musique électronique. Cependant, en ce moment on entend plus parler de Bristol ou de Londres, comme si Manchester était une ancienne gloire du passé… Je me trompe ? Comment va la ville en termes de musique ? De labels, collectifs, artistes ?

Il y a vraiment plein de choses qui se passent en ce moment à Manchester mais tu n’entendras pas beaucoup de gens en parler. The White Hotel est l’un des meilleurs clubs en Europe je pense en ce moment, il y a beaucoup de labels / collectifs qui se forment toutes les semaines en ce moment. C’est intéressant de digger ça.

Fermer le menu