Dour Festival : la Trentième a tenu toutes ses promesses

Dour Festival : la Trentième a tenu toutes ses promesses

Dour Festival, une ville de 50 000 habitants hauts en couleurs, 50 000 “fadas” prêts à passer d’un concert de Rock endiablé aux scènes Techno en plein air, 50 000 âmes réunies pour faire la fête le temps de 5 journées hors du temps.

On a vu tellement de concerts (200 artistes présents au total), que rédiger un article par artiste nous mènerait à sortir un pavé plus gros que la Bible. Dour, ses festivaliers, son staff et son ambiance nous ont laissé une souvenir impérissable,à l’image d’un Festival qui se veut international et rayonnant. 
On a vibré sur les concerts de rap exaltés de la Boombox, on a frissonné dans la Petite Maison dans la Prairie, on a transpiré dans la Caverne, on a pris un bain de foule à l’Elektropedia, bref, on s’est régalé.



Fraîchement débarqués de Belgique, il est venu pour nous le moment de mettre par écrit ce que nous avons vu et écouté. Cette année, nous avons décidé de fonctionner par souvenirs et vous présenter les faits marquants de notre séjour à Dour.

Cinq jours de festival c’est très long et on a le temps d’en voir de toutes les couleurs : sur scène et en dehors !

Le meilleur concert de Dour selon nous

Marty : Dur de se contenter d’un seul nom, mais Tyler the Creator a marqué les esprits le dernier soir. C’est probablement le concert qui m’a le plus bluffé.

Mac : Tyler sans hésiter. Un show maîtrisé à la perfection, une prestance exceptionnelle, je ne m’attendais pas à un si bon concert.

Simus : On va pas se mentir, Tyler a vraiment marqué des points sur le dernier jour. Mais j’ai aussi énormément kiffé les vibes sereines d’Isha par exemple. Mais pour ma part, je décerne la palme à Boys Noize, qui nous a sorti un set d’une fraîcheur exceptionnelle, à l’image de l’artiste qui a su s’adapter aux nouveautés de la scène Techno.

La plus belle scène

Marty : Le Skatepark de Lomepal

Mac : Je dirais Nathy Peluso!

Simus : Soulwax a sorti une scéno vraiment impressionnante, sans forcément être subjugué par un live tout juste sympathique, j’ai clairement phasé sur leur déco.

Le pogo le plus dévastateur

Marty : Scarlxrd pour ma part !

Mac : Denzel Curry en ce qui me concerne.

Simus : J’hésite entre Denzel Curry et Scarlxrd. On s’est bien fait bouger sur les deux. Après sans faire de pogos vraiment ultra violents dans les contacts avec les autres, on a bien bougé sévère sur Mefjus ou encore Noisia. 

La plus belle tenue

Mac : Dure celle la.. Tyler était vraiment stylé, Joey Badass aussi, mais je dirais Isha!

Simus : Prix masculin pour Mister Baxter Dury, qui a sorti le costume sous 40°, et pour ces dames je penche entre la chanteuse d’Altin Gun et sa belle robe rouge, et Nicole de 10LEC6, qui avait une tenue argentée qui défonçait

La scène qu'on a le plus squatée

Marty : La boombox

Mac : Boombox oblige

Simus : Un savant mélange entre la Caverne et la Redbull Eketropedia. Mais big up à la Caverne qui permettait de venir bouger la tête sur du bon Rock tous les après-midis

La bonne surprise

Marty : L’ambiance de folie qu’il y avait au Rockamadour

Mac : Booba. Non j’déconne. Le B2B de Jubilee et de Madam X. Je connaissais la seconde, mais pas la première, très très gros set.

Simus : De l’eau fraîche en espace presse ? Non plus sérieusement j’pense que c’était l’excellent set de The Black Madonna que j’ai pu partager avec mes collègues de bureau, un grand moment de communion, et une leçon de mix

La meilleure bière

Marty : Celle du débrief à 4h du matin.

Mac : Celle pour se rendormir à 9h du matin.

Simus : J’hésite entre celle du debrief de Marty, et celle pour se laver les dents au camping le matin

Le meilleur joueur

Marty : Celui sur la photo avait une sacrée conduite de balle

Simus : Florian Thauvin évidemment

La pire gamelle

Marty : Celle de Mac le dernier jour qui au bout de sa fatigue s’est regardé tomber de sa chaise.

Mac : Celle de Marty lorsqu’il s’est battu avec un piquet en bois et 15cm de rubalise de signalisation.

Simus : J’ai vu un mec faire un vol plané de 2 mètres en pleine course, en perdant son pantalon et son téléphone. Le pire c’est qu’il s’est relevé d’un coup en courant et que j’ai dû le rattraper pour lui rendre son téléphone. Pas son pantalon.

Le snack qui sauve

Marty : Ce mexicanos sauce andalouse qu’on ne mange qu’à Dour !

Mac : Le wok vegan sauce tofu au miel pour ma part. Un pur régal pour 18 tickets food! Non en vrai, les nouilles déshydratées ont bien fait leur travail.

Simus : Vive le cornet de frites belges !

L’élément de survie

Mac : La bouteille d’eau gazeuse à 3h du mat en rentrant sur le camping.

Simus : La sacoche-banane. Téléphone, cigarettes, powerbank, clés, argent. SAFE !

Le meilleur siège de l’espace presse

Mac : le transat’ direct

Simus : Celui à côté du ventilo/brumisateur (vous pourrez y retrouver Morgan, le Dj du 77, qui doit encore être planté à côté)

Le téléphone avec le plus de batterie

Mac : Celui de Marty, vu que ce zigoto a cassé mon chargeur, impossible de charger mon téléphone au maximum.

Simus : Pas le mien en tout cas. Faute de moyens, j’ai dû arrêter de faire des stories Instagram à partir du deuxième jour je crois

Marty : Je ne vois pas de quoi veut parler Mac. Je ne pense pas avoir dépassé les 50% de batterie une seule fois.

Le moins hydraté du groupe

Mac : Simus

Simus : Clairement Mac. Ce vieux bougre ne boit pas de bière

Entre Carapills, Aïki Noodles et cornets de frites belges, le Stud Crew a survécu à ses 5 jours de camping, de concerts, et de folie.

Pour son trentième anniversaire, le staff du Dour Festival a mis les petits plats dans les grands en nous proposant une expérience unique entre éoliennes surdimensionnées et concerts à taille humaine.

On a vraiment hâte de revoir les artistes découverts en live à l’occasion (Kadavar, Altin Gun, 10LEC6, le 77, etc..), et on ne peut que vous conseiller à votre tour de tenter l’expérience Dour, ses nombreuses scènes, son public, le très accueillant peuple belge, son ambiance et sa qualité de programmation.

On a vibré au son des guitares, on a dansé des heures durant, on a adulé les gloires du moment, bref, Dour Festival est un lieu de rencontres des âmes festives, là où les peuples et les gens se rassemblent pour célébrer ce qu’ils aiment, la musique.

Merci encore, Dour Festival.

Crédit Photos : Marty Oddes

Fermer le menu