Fontaines D.C : Entrevue avec les poètes du Rock irlandais
Photo : Charlie de la Forêt

Fontaines D.C : Entrevue avec les poètes du Rock irlandais

We met the members of Fontaines D.C few hours before their gig on the Loggia stage on the first day of the Eurockéennes. Connor, guitarist, and Connor, bassist of the fast growing Rock group of this year, answered our questions on the edge of the Véronne pond. We were glad to hear them making the link with Marseille by speaking first about Djibril Cissé, our local hero.

L’interview en français plus bas

"Poetry and reading were the two things that we kind of put on together, we never really asked ourselves what do we really were into"

Bunch of people, media, are now considering you as “new rock heroes”, how do you live this attention and this new standing ? 

Connor (bass) : We haven’t experienced it !

Connor (guit) : I don’t know, we’re so busy right now, it is kind of hard to take your mind just off having to get up, go the airport, go to a gig, focus on rehearsing, writing songs.
Our minds are so busy with the present time, it’s very hard to step back, and look at it from a bigger perspective. That feeling can be pretty good, and pretty bad as well, so…
You know, i just like playing music, i like being here, playing guitar with my friends, that’s really the main thing i tend to focus on. I don’t focus on words, such as “heroes” (laughs) 

Connor (bass) : I think that’s pretty cool, but after all we’re just normal people like you.

Talking about the music you make, we can hear a lot of poetry and brutality at the same time, in the lyrics and composition : could these two words describe the feelings you want to share with your music ? 

Connor (g) : I think it’s the vision we wanted for this band, we’re really into Punk Music, we perform in studio to give raw power, you know, it’s so visceral, and moving for us.
And at the time that we met to settle this band, we were really into poetry, and reading !
These were the two things that we kind of put on together, we never really asked ourselves what do we really were into.

Connor (b) : It felt very natural, just like alcohol and cigarettes, everything came in a very natural way !

Crédit Photo : Jérémy Cardot

We know that you are close to the band Girl Band in Dublin, could you tell us more about your relationship ?

Connor (b) : We always looked up at them because they were at the time the only band that was doing something real and important in Dublin. I’m not really sure what caused it, but there wasn’t really many bands in Dublin at the time. We were really young, maybe 19 ou 20, and we could see this band performing things we loved, and also being successful.
We had a perception at the time, that in order to be successful, you had to play sell out music. But seeing a band that was really singing what they wanted to sing, and that could go touring all around the world, it was a very inspiring sight. So naturally, we were drowned to them, we met the people behind the band, and they really helped us out. It’s a good feeling, it’s like having an older brother, that has gone through all the things you are going through, and we could ask them “what was that like ?”… It’s very usefull. 

Connor (g) : Yeah, they are like mentors. We’re gonna play a gig with them in Brussels, and i’m really looking forward to be there and have a drink with them, it’s very special. It’s like being eighteen, and finally being able to drink in a legal way (laughs)

We know that one of your favourite past-time is to meet each other in pubs, in order to discuss about your last poetries. Is that an important part of your relationship, inside the band ?

Connor (g) : To be honnest, it’s a lot different now, because we see each other every day, i mean, when we started out, these meet ups were the only time when we get to socialize, instead of rehearsing. Thas was like a meeting of minds, and now we spend every day together, so it’s kind of an ungoing, it’s like a rolling stone and we get to convers everywhere, at the airport, at festivals, it seems evergoing, and i suppose it’s what we wanted at the first place !

Connor (b) : I still pick them to hang out in pubs where ever we go ! Since this era, things has just changed, now that we see each other everyday, life on the road changes your point of view.

Does it still work like it used to ?

Connor (b) : Err, yes and no ! When we decide to go rehearsing and playing, it’s still the same. But on the day to day, of course it’s different, because before i did not used to know what this guy looked like in the Morning, i never knew before i slept the bed next to him ! I didn’t know what Tom our drummer was like at night time when ho goes to sleep. We know each other way more that we’ve ever wanted to know each other ! (laughs)

Connor (g) : We’ve seen every aspect, every armpit hair of each other.

There is a strong emergency feeling in your compositions. Are you afraid of the future, and the lack of longevity that affects more and more rock bands these days ? 

Connor (b) : The nature of this job is not to think too much about what’s ahead of you, because we’re so busy on a day-to-day basis, if you think about it too far in the future, you might quickly get overwhelmed. So we try to keep the moment as we can, enjoy living and really appreciate it as it is. If we think too much about what’s ahead of us, it would be very very overwhelming. And because of that, it makes you very short-sighted in terms of what’s your band’s longevity.
I mean, at the same time, we still think of the future like “are people going to like it ?”, and all we can do is trying to keep as honest as we can. I mean, we’re not gonna make another album that just sounds the same like the first one, we would definitely try to make an album that proves that the same people did it, but that has changed in the way our lives have changed, and that could reflect us at the time, while the world is changing !
I mean, we’re just living, we’re just gonna reflect what’s happening around us.

La Stud questions

The most inspiring artist

Connor (b) : Bob Dylan
Connor (g) : Shane Macgowan

An album 

Connor (g) : Raw Power (The Stooges)
Connor (b) : Velvet Underground

The Must Unthinkable Collaboration

Connor (g) : Lana Del Rey 
Connor (b) : Dolly Parton 

A movie 

Connor (b) : Solaris (Andreï Tarkovski)
Connor (g) : Rock N’ Rolla

A super hero 

Connor (b) : Bob Dylan
Connor (g) : AquaMan … He doesn’t get enough… Whose musicien does he look like already ? Oh yeah Denis Wilson from the Beach Boys (laughs)

A beer 

Guiness (both)

Your favourite Bald Person

Connor (g) : Ow, that french goalkeeper… Fabien Barthez ! 

The best venue

Connor (b) : Smaller ones are sweaty and intimate, but on big stages, you get the sound just right, so it’s hard to say… I would say Paradiso in Amsterdam !

Leur album Dogrel, en écoute ici

Version française

On a pu rencontrer les membres de Fontaines D.C quelques heures avant leur show à la Loggia pendant le premier jour des Eurockéennes. Connor, guitariste, accompagné de Connor, bassiste du groupe maintenant étoile montante du Rock cette année, ont répondu à nos questions sur les rives de l’étang de la Véronne. On a été comblé de les entendre faire direct le lien avec Marseille en parlant de Djibril Cissé, notre héros local.

Pas mal de gens et médias vous considèrent comme les “nouveaux héros du rock”, comment vivez-vous cette nouvelle perception?

Connor Deegan (Bassiste) : On ne l’a pas encore vraiment vécu, je dirais !

Connor Curley (Guitariste) : Je ne sais pas, on est pas mal occupé en ce moment, c’est plutôt compliqué de faire autre chose que se lever, aller à l’aéroport, faire un concert, se concentrer, répéter, écrire des chansons. Nos esprits sont trop occupés avec le moment présent, c’est très dur de prendre du recul et de regarder tout ça avec un regard plus vaste. Ce sentiment d’avoir un nouveau statut peut être plutôt sympa, mais avec ses mauvais aspects, donc…

Vous savez, j’aime juste faire de la musique, j’aime être là, jouer de la guitare avec mes potes, c’est vraiment la chose sur laquelle j’essaie de me concentrer, je ne m’arrête pas sur les mots comme “héros” (rires).

Connor (b) : Je trouve que c’est plutôt cool, mais on est comme vous au final, des gens normaux.

On va parler de votre musique, on y entend pas mal de poésie et de brutalité en même temps, que ce soit dans les paroles et la composition. Est-ce que ces deux mots décrivent les sentiments que vous voulez partager avec votre musique?

Connor (g) : Je pense que c’est la vision qu’on a voulu insuffler dans ce groupe, on est vraiment à fond dans la musique Punk, on joue en studio pour donner une puissance brute, c’est instinctif en quelque sorte, c’est ce qui nous remue. Et au moment où on s’est rencontré pour créer ce groupe, on était assez branché poésie et lecture!. C’était les deux choses qu’on a pu rassembler, on s’est jamais vraiment demandé ce qu’on faisait finalement.

Connor (b) : C’était plutôt naturel, comme l’alcool et les cigarettes, tout vient naturellement.

Crédit Photo : Charlie de la Forêt

On sait que vous êtes proches du groupe Girl Band à Dublin, vous pouvez nous en dire plus sur votre relation avec eux?

Connor (b) : On a toujours voulu se rapprocher d’eux parce qu’ils étaient à ce moment le seul groupe autour duquel il se passait quelque chose d’important à Dublin. Je ne sais plus exactement ce qui a créé toute cette folie autour de Girl Band, mais il n’y avait pas beaucoup de groupes à Dublin à ce moment-là… On était vraiment jeune, peut être 19 ou 20, et on pouvait voir ce groupe jouer des choses qu’on aimait, tout en réussissant. On avait le sentiment à l’époque, que pour réussir, il fallait jouer de la musique qui se vendait. Mais voir un groupe qui chantait exactement ce qu’il voulait chanter, et partant en tournée autour du monde, c’était quelque chose de très inspirant. Donc naturellement, on était fasciné par eux, on a rencontré les gens derrière ce projet et ils nous ont vraiment aidés. C’est une bonne sensation, c’est comme avoir un grand frère qui est déjà passé par tout ce que tu es en train de vivre; et on peut lui demander “c’était comment ça?” Ça aide beaucoup.

Connor (g) : Ouais, c’est comme des mentors. On va faire un concert avec eux à Bruxelles, je suis vraiment impatient d’y être et de boire un verre avec eux, j’ai hâte. C’est comme avoir 18 ans et enfin pouvoir boire légalement (rires).

On sait que l’un de vos passe-temps est de vous retrouver entre-vous dans des pubs, et discuter de vos derniers poèmes. C’est quelque chose d’important, ces rendez-vous, dans votre relation au sein du groupe?

Connor (g) : Pour être honnête, c’est bien différent maintenant, déjà on se voit tous les jours !
Ce que je veux dire par là, c’est que quand on a commencé, ces rendez-vous étaient la seule occasion de se socialiser, en dehors des répétitions. C’était comme une rencontre des esprits, mais maintenant on se voit tous tous les jours, c’est continu, comme une pierre qui roule et on peut discuter n’importe où, à l’aéroport, en festival, et c’est ce qu’on fait constamment et ce qu’on a voulu depuis le début.

Connor (b) : Je continue à les traîner dans des pubs partout où on va. Depuis cette période, les choses ont quelque peu changé, maintenant qu’on se voit tous les jours, la vie sur la route te fait changer de point de vue.

Ça fonctionne toujours comme avant?

Connor (b) : Euh, oui et non ! Quand on décide de répéter et de jouer, c’est toujours pareil. Mais au quotidien, bien sûr c’est différent. Parce qu’avant je ne savais pas à quoi ressemblait ce gars (Connor), je ne savais pas quelle tête il avait au réveil avant que je dorme à côté de lui ! Je ne savais pas comment était Tom notre batteur le soir avant d’aller se coucher. On se connaît les uns et les autres bien plus que l’on n’a toujours voulu le savoir ! (rires)

Connor (g) : On a tout vu, chaque poil d’aisselle de chacun d’entre nous.

Il y a un fort sentiment d’alerte dans vos compositions. Vous êtes effrayés par votre futur, et du manque de longévité qui affecte de plus en plus de groupes de rock aujourd’hui?

Connor (b) : La nature de ce job c’est de ne pas trop penser à ce qu’il y a devant toi, parce qu’on est trop occupé par notre quotidien; si tu réfléchis trop loin dans le futur, tu risques de ne plus y voir clair et de t’y perdre. Donc on essaie de garder ce moment autant qu’on le peut, apprécier le présent comme il vient. Si on pense trop à ce qu’il y a devant nous, ça pourrait influencer la longévité de notre groupe.

En même temps, malgré cela on pense toujours à notre futur en se disant “les gens vont aimer ce qu’on fait?”, et tout ce qu’on peut faire c’est être honnête autant que possible. On ne va pas faire un album qui sonne comme le premier, on aimerait essayer de faire un prochain album qui montre que notre manière de vivre a changé et que ça peut se répercuter sur nous, pendant que le monde change également ! Mais que ce sont les mêmes personnes qui font cet album.
Enfin, on vit tout simplement, on va juste refléter ce qui se passe autour de nous.

Questions La Stud

Un artiste référence

Connor (b) : Bob Dylan

Connor (g) : Shane MacGowan

Un album

Connor (g) : Raw Power – The Stooges

Connor (b) : Velvet Underground

La collaboration la plus improbable

Connor (g) : Fontaines D.C et Lana Del Rey

Connor (b) : Avec Dolly Parton

Un film

Connor (b) : Solaris (Andreï Tarkovski)

Connor (g) : Rock N’ Rolla

Un super héros

Connor (b) : Bob Dylan

Connor (g) : AquaMan… Il n’a pas assez d’exposition… À quel musicien il ressemble déjà ? Ah oui, Denis Wilson des Beach Boys (rires).

Une bière

Les deux : Guiness

Votre chauve préféré

Connor (g) : Oh, ce gardien français… Fabien Barthez!

La meilleure scène

Connor (b) : Les plus petites salles sont intimistes et imprégnées de sueur, mais sur une grosse scène, tu as un son très juste, donc c’est dur à dire… Je dirais le Paradiso à Amsterdam!

Merci à Wood pour son investissement et son engouement pour ces questions

Fermer le menu