Hommage : Merci Népal
@charliedelaforet L'Affranchi - 2018

Hommage : Merci Népal

Aujourd’hui, nous vous proposons un article commun. Le pôle rap tout entier a décidé de rendre hommage à un artiste exceptionnel, l’un des meilleurs de sa génération.

Népal nous a tous marqué d’une manière ou d’une autre. Avec la réalité en arrière plan, il n’a cessé de nous livrer des morceaux personnels et d’une sincérité rare.
Des années plus tard, après de nombreux morceaux, des projets en solo et en groupe, Népal s’en va laissant derrière lui des milliers de personnes amoureuses de sa musique.
Au cours de cet article, chacun prendra la parole tour à tour pour parler un peu de son oeuvre et de l’artiste.

@charliedelaforet L'Affranchi - 2018

Marty

A toi tout seul, tu étais une école, tu avais raison.
Sans n’avoir jamais vu ton visage, j’ai eu l’impression de te connaître. La musique que tu nous a partagé laissait transparaître la réalité. Ta manière de rapper, les images que tu utilisais ajoutent un filtre incroyable a ton œuvre. 

J’ai eu la chance de te voir en concert, même d’y faire une série de photos. De quoi se rapprocher un peu plus d’un artiste toujours plus mystérieux. 

Rappeur, producteur, graphiste, vidéaste, n’ayons pas peur des mots, tu étais un artiste complet, ce que l’on fait de mieux, ce qui se rapproche le plus du sens “pur” du terme. Ta musique marquera son temps, les aficionados du rap se souviendront de l’auteur de nombreux classiques. Pour moi, tu te rapproches un peu plus de ce que l’on appelle un mythe. 

Je vous laisse avec un titre qui parle d’amour, c’est assez rare chez toi mais qu’est-ce que c’est bien fait. Cela sent le vrai, les images sont hors pair.

@charliedelaforet L'Affranchi - 2018

Charlie De La Forêt

Photographe de La Stud, c’est la première fois que je me sens obligée d’écrire.
Si j’écris aujourd’hui, c’est pour rendre un hommage, un hommage à un grand artiste, à une personne dotée d’une sensibilité à part.
J’ai eu la chance de rencontrer Népal au Dojo et de le voir à l’Affranchi lors de la tournée de 2fingz avec Doums.
Népal, artiste du Dojo et co-fondateur de la 75eme session, est décédé le 9 novembre. Seuls ses proches sauront garder à l’esprit l’homme qu’il a été. De notre côté, nous garderons l’image de l’artiste. L’image d’un artiste secret, blessé, touché, mais porteur d’espoir. Une voix qui savait se faire entendre par sa musique, par ses sons et son écriture, nous permettant de percevoir cette lucidité sur le monde qui l’entoure. Nous le retrouvons dans sa volonté de garder son anonymat. Ce même anonymat qui nous a montré à tous, qu’aller contre la tendance pouvait être une solution pour les gens ne se reconnaissant pas dans les mœurs actuels.
Si je puis dire, Népal, parmi les rappeurs actuels, a été celui des déguns, celui des oubliés, celui pour ceux ne se reconnaissant pas dans la rapidité de notre monde. Il a été une bulle de repos, qui nous a tous renvoyé à nos combats personnels. Il était doté d’une très grande franchise, un franc-parlé honnête sur la direction que l’homme a choisi de prendre et la voie qu’il avait décidé de mener.
Je souhaite sincèrement toute mes condoléances à ses proches et au gens touchés par son décès.
La mort d’un artiste doté d’une franchise digne d’un enfant en dit long sur la direction de notre monde.
Il perdurera dans nos cœurs et dans nos esprits. Parmi les rappeurs, parmi les artistes, parmi les musiciens et parmi les humains, Népal ne méritait pas ce sort, mais au contraire à s’élever plus haut pour montrer à chacun, la bonne direction.

@charliedelaforet L'Affranchi - 2018

Le Zin

La vibe mélan ça fédère, j’garde le sel de mes larmes ça cristallise mon ADN.” 

Le Dojo voit partir un grand sensei, un maître dans l’art de l’argot. Nous sommes tous profondément attristés par la disparition de Népal, on a du mal à y croire, l’amertume au fond des coeurs… Il a quitté les City lights de Babylone pour rejoindre les ombres réalistes du Cloud8, 
444 nuits ne suffiront pas pour oublier son oeuvre.. Toutes nos condoléances à ses proches, rest in beats…C’est toujours les gava droiva qui partent en premier…

@charliedelaforet L'Affranchi - 2018

Mac

Soirée du 20 Novembre. J’apprends la nouvelle sur Facebook via la page de la 75ème Sess’.
Le choc. L’annonce du décès de Népal me laisse sans voix. Artiste majeur du rap français bien que peu mis en avant, Népal aura marqué la musique à sa façon, aussi bien en rappant qu’en produisant ou en manageant. Je l’ai beaucoup écouté par période, j’ai suivi son évolution au fil des années, jusqu’à son projet qui m’a le plus marqué, 445 Nuits, qui tourne en boucle depuis hier, et qui perdurera, je l’espère de tout mon coeur, dans l’histoire du rap. J’apporte tout mon soutien à sa famille et ses proches,dans cette épreuve qui semble insurmontable. 

J’ai eu l’impression d’comprendre des sons que j’saignais depuis

Et puis quoi d’autre ? J’aime bien écrire sous insomnies

Puis ça fait six mois qu’j’avais rien sorti

À part deux-trois bêtises un brin sordides

J’repousse l’heure de dormir, mes rêves pourraient régler mes problèmes trop vite

On roule comme des teille-bav de Selecto vide

Niveau 1 – 445 Nuits

@charliedelaforet L'Affranchi - 2018

Crépépé

Abattu. Ce 20 novembre en apprenant la nouvelle. Il y a un mois à peine, j’écrivais un article sur Népal et le morceau Babylone, sans me douter que quelques semaines plus tard, je rédigerai ces quelques lignes.
Merci à sa personne, pour tout ce qu’il nous a donné, pour sa musique, son message, ses valeurs et pour son Art. Mes pensées vont évidemment vers sa famille et ses proches en leur souhaitant bien du courage pour traverser cette épreuve.
L’artiste perdurera à travers son œuvre mais surtout à travers son public, qu’il a su toucher et transporter dans le brouillard de notre époque.
Merci Népal, pour tout, repose en paix.

@charliedelaforet L'Affranchi - 2018
Fermer le menu