« I’d say that my music is about that and mainly afro-centric. » – DTM Funk
Photo : Bernice Vijgen

« I’d say that my music is about that and mainly afro-centric. » – DTM Funk

We met the guru of the rhythmic evenings Antwerp, the godfather of the new mixed fringe of Belgian electronic music. A man of convictions, passionate about music, event promoter and label manager. The unique DTM Funk.

Interview (English)

Every year you’re invited to a bigger scene, what’s gonna be next year ?

DTM Funk : I don’t know, we’ll see. I see what’s happening step by step and I don’t want to put pressure on myself you know.

What will you play tonight ?

DTM Funk : Ouh that’s a good question man. People usually ask me what I’m playing and I just answer percussions. Today I have few tracks that I really want to start with but then after I’ll just go with the flow. For sure there will be loads of African rhythms, Arabic rhythms, electro stuff… You’ll see. I always prepare for sure the first 3 tracks, and then I just leave it to the audience.

Do you feel that there is difference between Dour’s public and the rest ?

DTM Funk : Of course, it’s the first festival that I did in my life, 11 years ago, I think it’s the French side of Belgium that is rougher. They come to Dour to have good time but also to rave a lot. To explore, to explode. If you compare it to Antwerp or to the Flemish side, it’s more like “yeah I’m here, I take pictures that I was in Dour” [laughs]. But nobody cares about your pictures of Dour, you really have to feel it and to live it.

You play in Brussels, Antwerp, Gent… Is there a different way to party regarding to the different cities of Belgium ?

DTM Funk : Yes, every city is different. Antwerp, Brussels, Leuven and Gent are the cities where I play the most, they are all different. For instance I really like Leuven because the crowd is super young. Always between 16 and 25 or something. The people that go to parties are students but they are not the typical students. They are more like the underground rave kids. And every time I play in Leuven I really like to see them.

You mix loads of different styles, can you define yours ?

DTM Funk : Hmmmm… I would just say Rhythms and Percussions. Sometimes if I talk with friends they say I have something special with the rhythms and percussions, so these words define my style well. I’d say that my music is about that and mainly afro-centric. All the music I play comes from Africa.

Dour
Photo : Charlie de la Forêt

Electronic music is really evolving with its surroundings, how do you see its future ?

DTM Funk : For me it’s very nice to see the evolution. I’m a music digger and I’m always thinking like “Damn what’s the next ?”. I always ask myself that question, but I always end up saying “I don’t know”. I’m looking for all kind of music and everything is being released at the same time. I’m focusing on the future for sure but more and more I start looking for some tracks from the 1980’s and then the 1970’s and 1960’s… Even now from the 1930’s and the 1920’s.

We can see that the artistic scene in Belgium is very united in rap, in pop, is it the same in electronic music ?

DTM Funk : It’s very different. Everyone has its own inspiration from the electronic music scene. Some guys are more into Chicago’s and Detroit’s scene, other guys from the UK’s scene. Other more into Belgium’s new wave. It’s difficult to really make a big clique out of this. For instance, today, among my group of friends, I have more friends into this disco-house scene and that’s a heavy group. That’s my kind of group now.

Antwerp’s scene is moving because of legislation, clubs open and close daily, what are your thoughts concerning this movement ?

DTM Funk : In Antwerp you have loads of parties, clubs and stuff but not many try to do it as a job, professionally. They just want to launch one nice party, one nice gig and then it stops. There is nothing professional, there is no vision. What I miss in Antwerp is some promoters with a real vision. For example in Amsterdam people started launching some small parties and now thanks to their ideas and vision they run a cool community like Dekmantel or De School. They were young guys but they started thinking in a real commercial way but for sure never doing commercial music. You have to make good and professional stuff.

You run Foot Juice Art for some years, now that your concept is done what are your plans for 2019’s second part ? 2020 maybe ?

DTM Funk : Yes for sure. I’m starting a new label that San-kofa Rhythms. The concept is done, I just have to find the distribution for the records. It will be as my style, afro-centric. It’s about percussions and rhythms. I’ve already found some nice guys to work along with the project, so it’s nice. I can’t say anything about the releases but you’ll see.

Stud Questions (English)

A reference artist

In a way DJ Rashad, just because what he did started from such a small stage and now, he’s such an influence for everyone. It’s such a difficult question that I will say everything from KPM Records also, but their records are so expensive that you know…

An album

Roy Ayers – Wake Up. And there is a track that I’ll play tonight that is called Suave, it’s really hard to find but it’s completely crazy, you have to listen to it.

The most unthinkable collaboration

DTM Funk and Aphex Twin for sure. Just Aphex Twin. This guy can play every kind of music.

A movie

Seven Brides for Seven Brothers. It’s really fun it’s seven ginger brothers that live in the mountain and go to the city to find wives and they kidnap some of them… It’s messed up you have to watch it.

A super-hero

Peter Pan

The woman of your dreams

I can say my girlfriend… But for sure it’s Missy Eliott.

A beer

La Chouffe

The best club

The best one I’ve ever played… Le Sucre in Lyon for sure. The sound system is crazy, merci la France.

Nous avons rencontré le gourou des soirées rythmées anversoises, le parrain de la nouvelle frange métissée de la musique électronique belge. Un homme de convictions, passionné de musique, organisateur de soirées et gérant de label. L’unique DTM Funk.

Interview (Français)

Chaque année t’es invite à Dour sur une scène plus grande, ce sera quoi l’année prochaine ?

DTM Funk : Je ne sais pas, on verra. Je me focalise vraiment sur ce qui se passe petit à petit, je ne veux pas trop me mettre la pression non plus.

Tu vas nous jouer quoi ce soir ?

DTM Funk : Oh c’est une très bonne question. Souvent quand les gens me demandent quel style je joue, je leur réponds des percussions. Aujourd’hui j’ai déjà sélectionné quelques tracks pour débuter mon set mais je vais surtout me fier à l’ambiance de la soirée. J’ai bien sûr tout un tas de rythmes africains, arabes, de la musique plus électronique… Tu verras. Je prépare toujours mes trois premières tracks et après je laisse le public me faire aller dans une direction différente.

As-tu l’impression que le public de Dour est différent des autres publics ?

DTM Funk : Bien sûr. C’est l’un des premiers festivals que j’ai fait dans ma vie, il y a 11 ans. Je pense que c’est dû à la partie francophone qui est plus hard. Ils viennent à Dour pour s’amuser mais aussi pour faire la fête jusqu’au bout. Explorer et exploser. Si l’on compare Anvers et la partie Flamande aux Wallons, ils sont plus dans l’idée de « Oui, je suis à Dour, regardez-moi, je prends des photos » [rires]. Mais tout le monde s’en fout de tes photos de Dour, tu dois le vivre et le ressentir.

Tu joues souvent à Bruxelles, à Anvers, à Gant… As-tu noté une différence entre ces différentes villes belges dans leur façon de faire la fête ?

DTM Funk : Oui, chaque ville est différente. Anvers, Bruxelles, Louvain, Gant, ce sont des villes où je joue beaucoup et elles sont toutes différentes. Par exemple, j’aime beaucoup jouer à Louvain parce que là bas le public est jeune. Toujours entre 16 et 25 ans. Les gens qui font la fête sont certes des étudiants mais pas les étudiants de base. C’est plus des underground rave kids. À chaque fois que je retourne jouer à Louvain j’aime beaucoup les voir faire la fête.

Tu mixes plein de styles musicaux différents, c’est possible de définir le tiens ?

DTM Funk : Hmmmm… Je dirais juste Rythme et Percussions. Parfois j’en parle avec mes amis et ils me disent que j’ai une réelle connexion avec le rythme et les percussions du coup je définis mon style comme ça. Je dirais que ma musique est afro-centrée. Toute la musique que je joue vient d’Afrique.

Photo : Kemiz

La musique électronique évolue de jour en jour avec son entourage, comment imagines-tu son futur ?

DTM Funk : Pour moi c’est cool de voir la musique électronique évoluer. Je suis un grand digger de musique et je me demande constamment « Et la suite c’est quoi ? ». Je me pose tout le temps cette question mais j’en viens à la même réponse « Je n’en sais rien ». Je recherche plusieurs styles différents et pleins de choses différentes sortent tous les jours et en même temps. Je me focalise bien sûr sur l’avenir mais j’aime rechercher des tracks perdues dans le passé des années 1980, 1970 et 1960… Aujourd’hui je trouve même des tracks des années 1930 et 1920.

On peut voir que la scène belge en général est très unie que ce soit dans le rap, dans la pop… C’est la même histoire dans la musique électronique ?

DTM Funk : C’est très différent. Chacun a ses propres inspirations au sein de la scène de la musique électronique. Certains sont plus dans la musique de Détroit ou de Chicago, d’autres plus dans un style du Royaume Uni. Il y en a pas mal dans la mouvance belge et la new wave. C’est difficile d’en sortir une réelle clique. Moi, au sein de mon groupe d’amis, une majorité fait partie de la tendance disco-house et c’est un groupe assez grand. C’est mon style de groupe.

La scène anversoise change de jour en jour à cause de ses législations, les clubs ouvrent et ferment à vue d’œil. Qu’en penses-tu de ce mouvement ?

DTM Funk : A Anvers t’as beaucoup de soirées, de clubs et tout ça mais peu de gens qui sont prêts à le faire de façon professionnelle. Ils veulent juste sortir un concept, une fête et après c’est tout. Il n’y a rien de professionnel, il n’y a pas de vision. Ce qui manque à Anvers c’est des organisateurs de soirée avec une réelle vision. Par exemple, à Amsterdam, les gens commencent petit avec des petites soirées et grâce à leurs idées arrivent à fédérer une belle communauté comme le Dekmantel ou De School. C’était des jeunes gars qui ont réfléchi d’une façon commerciale sans faire de la musique commerciale. Il faut faire les choses bien et dans une optique professionnelle.

T’as géré le label Foot Juice Art pendant plusieurs années, maintenant que le concept est fini quels sont tes plans pour 2019 ? Pour 2020 ?

DTM Funk : Je vais me lancer dans un nouveau label qui s’appellera San-kofa Rhythms. Le concept est finalisé, j’ai juste à trouver un système de distribution pour les sorties. Ce sera autour de mon style, afro-centré. Tout autour des percussions et du rythme. J’ai déjà trouvé pas mal d’artistes cool pour travailler autour de ce projet. Je ne peux pas en dire plus au sujet des sorties, vous verrez.

Stud Questions (Français)

Un artiste référence

Je dirais DJ Rashad, juste parce qu’il a commencé a un niveau si peu connu et maintenant il influence tellement de monde. C’est une question difficile, je dirais aussi tout ce qui provient de KPM Records, mais leurs disques sont si chers que bon…

Un album

Roy Ayers – Wake Up. Je vais jouer une track qui s’appelle Suave, elle est difficile à trouver mais elle est folle, tu dois l’écouter.

La collaboration la plus improbable

DTM Funk et Aphex Twin bien sûr. Juste Aphex Twin. Ce mec sait jouer n’importe quel style musical.

Un film

Les Sept Femmes de Barbe-Rousse. C’est très marrant c’est l’histoire de sept frères roux qui vivent dans la montagne et décident d’aller en ville se trouver des femmes, qu’ils finissent par kidnapper. C’est n’importe quoi, tu dois voir ça.

Un super-héros

Peter Pan

La femme de tes rêves

Je pourrais dire ma copine… Mais j’ai envie de dire Missy Eliott.

Une bière

La Chouffe

Le meilleur club

 Le meilleur dans lequel j’ai joué… Le Sucre à Lyon. Ils ont un sound system de dingues, merci la France.

Dour
Photo : Charlie de la Forêt
Fermer le menu