Ile Flottante & C.r.e.a.m anglaise
Crédit : Charlie Delta / IG : @charliedelaforet

Ile Flottante & C.r.e.a.m anglaise

I know my boi Ile Flottante since he contacted me on Facebook. We had friends in common in Bristol. He was looking for someone to find him concert dates for his European tour in 2019 and especially in France. I had to interview him to ask him a few questions about his floaty music !

Interview (English)

Hi Ile Flottante, could you first of all, for those who don’t know you, introduce yourself ?

Hey ! I am an instrumental beatmaker from the UK. I have been making music for the best part of 10 years now, drafting influence from early UK and US Hip hop as well as a wide variety of music such as early dubstep, future garage, jazz, funk and soul. 
I like to use hardware such as MPC and SP404 to create my beats which gives it that distinctive lo-fi sound. 
Luckily I got to experience the hay day of beatmaking on soundcloud when there was a small but tight community on there, and this is where I really found the sound that inspired me to get more into making instrumental hiphop and that was all coming from the L.A beat scene (Low End Theory, Ras G, Samiyam, Flying Lotus)

Can you explain how the name « Ile Flottante » came up ? Knowing that you are English, it’s intriguing to know why you chose a French artist name rather than an English one…

That is a question I get asked a lot ! Truth be told I just really enjoy the classic french dessert as well as all food. Tieing back into the sound cloud beatmaker days, people used to have some weird ass names on there and I always liked the word as it had the words ill and flow within it. Also the translation relates to the music as a lot of people tell me my beats feel floaty.

Bristol is an amazing city concerning music and arts in general.. For the people reading this interview, what can you say about this city ?

If there is one place to get inspired I feel like that place is Bristol. The walls and buildings are covered in colour and art, we have an amazing night life catering for every niche and mainstream taste. It really is all happening for creatives here but be careful as it can suck you in !

Did you start right away making lofi beats ? Or you were producing other type of music ?

I wouldn’t class myself as your average lofi beatmaker as my roots lie way deeper into this genre than before the likes of ChilledCow and  the bootleg boy. I did have a short time in the early days when i would produce garage and dubstep but this was around the age of 14-15 when i was just beginning in learning about music production.
I have always been making instrumental hip hop (Beatstrumentals as we used to call it) but now it all falls under the « lofi beats », « study beats » genre.

Who have you worked with before ? Whether it’s beatmakers or rappers…

There are a few projects out there and a few still to some where I have been heavily involved with on the collaboration side.
I made a tape with Mr. Slipz (YoGoCop/High Focus) when I first moved to Bristol and was still studying which was fun because we decided to go full hardware with that tape. More recently on the same vibe, I put a tape together with George B. whilst I was in Berlin which has come out titled Berlin Sketches. Then other than a few feature tracks I haven’t worked with many vocalists, most notably is probably the stuff I have done with Benaddict.
I do have projects on route to being out there with Pertrelli (Gone Tryin’ – est Fall 2020 via YoGoCop) and a full length album with Bisk (Blah Records, April 2020) so look out for those ones.

How is the lofi scene in Europe ? And worldwide globally ?

I think with the lofi scene in general there are just small pockets, globally, of people who enjoy the music and is now slowly wiggling into the more mainstream channels.
When I look at my Spotify for artists I can see people are listening all around the world and it blows my mind that there are these small pockets around the globe who are listening.
More specifically, Germany has a great amount of dope producers (Smuv, Wuntwo, Figub, etc…) and they also have a great scene. but I think its growing, and there is a huge amount of people making beats now, so it will only get bigger and bigger.

As I said in the intro, you toured across Europe last summer, how was this tour organized and what difficulties did you encounter ?

I did take a trip out last summer to really see how far i can take the live aspect of my music. I was waiting for so long to get a message from a booking agency or tour manager to help me live my dream to travel and play music every other night, but it never came, so i thought why not try and organise this myself.
I gave myself around 6-8 months to organise shows and work out travel and also just reached out to anyone i could possibly find and basically ask them to help, I tracked down all the leads i could and sent hundreds of emails across the continent to try and travel as far as possible. Luckily I found people that would help me in this journey as without them some things wouldn’t have been possible. 

One of the main difficulties was trying to work out the travel and if I could squeeze in shows further down the line, also the fact that I’d never done anything like this before it was very daunting.

What’s the best memory you have of this tour ?

It is very tricky as it was such a great time. I had a lot of fun in Nuremberg in Germany as I had never experienced such big event dedicated to underground beatmakers and the vibes were on point, Germany knows how to party.
Also had a really great time in Dijon meeting some local MC’s and music heads and getting to spend some downtime in the countryside with a local guy there. The whole trip was great, and tiring aha !

Do you have any plans in the works ? It’s promotion time !

My plans for this year is just to release music and build for my new tour, hint : keep an eye on my Spotify and Instagram !

We end on a simple question, if you had to choose one and only one album to listen to during a long journey on your tour, which one would it be ?

I have to say Homebrew crew – Last Week, I have listened to that album over so many journeys, its my go to !

Thanks for your patience Luke and hope to see you on your next tour !

Thank you !

J’ai connu le poto Ile Flottante lorsqu’il m’a contacté sur Facebook. On avait des connaissances en commun de Bristol. Il cherchait quelqu’un pour lui trouver des dates de concert pour sa tournée européenne en 2019 et notamment en France. Je me devais de l’interviewer pour lui poser quelques questions sur sa floaty music !

Interview (Français)

Salut Ile Flottante, pourrais-tu dans un premier temps, pour ceux qui ne te connaissent pas, te présenter ?

Salut ! Je suis un beatmaker d’Angleterre, et je fais de la musique depuis 10 ans maintenant.
Mes premières influences sont issues du hip-hop britannique et américain ainsi qu’une grande variété de musique comme le dubstep, le futur garage, le jazz, le funk et la soul. 
J’aime utiliser du matériel tel que la MPC et la SP404 pour créer mes beats, ce qui leur donne ce son lo-fi si particulier. 
C’est là que j’ai vraiment trouvé le son qui m’a inspiré à faire du hip-hop instrumental, provenant de la scène beat de L.A. (Low End Theory, Ras G, Samiyam, Flying Lotus).

Peux-tu nous expliquer comment est venu ce nom « Ile Flottante » ? Sachant que tu es anglais, ça m’intrigue de savoir pourquoi as-tu choisi un nom d’artiste en français plutôt qu’en anglais…

C’est une question que l’on me pose souvent ! A vrai dire, j’aime vraiment ce classique des desserts français, ainsi que toute la nourriture. A l’époque du « SoundCloud beatmaker« , les gens avaient des noms pétés vraiment bizarres, et j’ai toujours aimé ce mot car il contient à la fois les termes « ill » et « flow » dedans. La traduction est également liée à la musique, car beaucoup de gens me disent que mes prods sont flottantes.

Bristol est une ville incroyable, et notamment en ce qui concerne la musique et les arts en général. Pour les personnes qui lisent cette interview, qu’est-ce que tu peux dire à propos de cette ville ?

S’il y a un endroit pour s’inspirer, j’ai l’impression que c’est Bristol. Les murs et les bâtiments sont couverts de couleurs et d’art, nous avons une vie nocturne étonnante qui saura satisfaire les goûts de chacun. C’est vraiment un endroits faits pour les créatifs ici. mais attention à ne pas vous laisser aspirer !

T’as commencé directement en faisant des prod lofi ? Ou tu produisais d’autres types de musique ?…

Je ne me classerais pas dans la catégorie des beatmakers lofi moyens, car mes racines sont bien plus profondes dans ce genre qu’avant, contrairement à celles de ChilledCow et de the bootleg boy.
Au début, je produisais du garage et du dubstep, mais c’était vers 14-15 ans, quand j’ai commencé à apprendre la production musicale.
J’ai toujours fait du hip-hop instrumental (Beatstrumentals, comme on l’appelait), mais aujourd’hui, tout cela relève du genre « lofi beats » et « study beats ».

Avec qui tu as déjà collaboré ? Que ce soit des beatmakers ou des rappeurs…

Il y a quelques projets en cours et d’autres auxquels j’ai participé de manière importante du côté de la collaboration.
J’ai fait une cassette avec Mr. Slipz (YoGoCop/High Focus) quand j’ai déménagé à Bristol et que j’étudiais encore, ce qui était amusant car nous avions décidé de se mettre à 100% dans le hardware avec cette cassette.
Plus récemment, dans le même esprit, j’ai réalisé une cassette avec George B. pendant mon séjour à Berlin, qui est sortie sous le titre Berlin Sketches. À part quelques morceaux en featuring, je n’ai que très peu travaillé avec des chanteurs, probablement sur des sons avec Benaddict.
J’ai des projets en cours de réalisation avec Pertrelli (Gone Tryin’ – est Fall 2020 via YoGoCop) et un album complet avec Bisk (Blah Records, avril 2020), alors préparez vous pour ceux-là.

Comment est la scène lofi en Europe ? Et dans le monde ? 

Je pense qu’avec la scène lofi en général, il n’y a que des petites niches, globalement, de gens qui apprécient la musique et qui se faufilent maintenant lentement vers les chaînes plus classiques.

Quand je regarde mon Spotify pour les artistes, je vois que les gens en écoutent partout dans le monde et ça m’impressionne qu’il y ait ces petits groupements de personnes qui en écoutent aux 4 coins du globe.
Plus précisément, l’Allemagne a un grand nombre d’excellents producteurs (Smuv, Wuntwo, Figub, etc…) et ils ont aussi une très bonne scène. Mais je pense que ça se développe, et il y a un énormément de personnes qui font des beats maintenant, donc ça ne fera que s’agrandir de plus en plus dans chaque pays.

Comme je l’ai dis dans l’introduction de cette interview, tu as fais une tournée en Europe l’été dernier, comment s’est effectué l’organisation de cette tournée et quelles difficultés as-tu rencontré ?

J’ai fait un voyage l’été dernier pour voir jusqu’où je pouvais aller dans le domaine du live. J’attendais depuis si longtemps de recevoir un message d’une agence de booking ou d’un tour manager pour m’aider à réaliser mon rêve de voyager et de jouer de la musique tous les deux soirs, mais il n’est jamais venu, alors j’ai pensé pourquoi ne pas essayer d’organiser cela moi-même ?
Je me suis donné environ 6 à 8 mois pour organiser des concerts et des voyages, et j’ai aussi contacté toutes les personnes que je pouvais trouver et leur ai demandé de m’aider. J’ai suivi toutes les pistes que je pouvais et j’ai envoyé des centaines de mails à travers le continent pour essayer de voyager le plus loin possible. Heureusement, j’ai trouvé des gens qui m’ont aidé dans ce voyage, car sans eux, certaines choses n’auraient pas été possibles. 

L’une des principales difficultés a été d’organiser le voyage et d’essayer de pousser certains lives jusqu’à plus tard que prévu. Le fait que je n’avais jamais fait quelque chose de ce genre auparavant a été très intimidant…

Quel est le meilleur souvenir que tu gardes de cette tournée ?

Ce serait trop déchirant de n’en choisir qu’un, car c’était une tournée vraiment formidable. Je me suis beaucoup amusé à Nuremberg, en Allemagne, car je n’avais jamais vécu un événement aussi important consacré aux beatmakers underground et la vibe était au rendez-vous, l’Allemagne sait comment faire la fête.
J’ai aussi passé un très bon moment à Dijon, où j’ai rencontré des MC’s et des musiciens locaux et où j’ai pu passer un peu de temps à la campagne avec un gars du coin. Tout le voyage était super, et fatigant aha !

T’as des projets en cours de préparation ? C’est le moment de faire ta promo !

Mes plans pour cette année sont juste de sortir de la musique et de préparer ma nouvelle tournée… un petit conseil, gardez un oeil sur mon Spotify et mon Instagram !

On finit sur une question simple, si tu devais me choisir un seul et unique album à écouter pendant un long trajet sur ta tournée, ça serait lequel ?

Je dois dire Homebrew crew – Last Week, j’ai écouté cet album au cours de tant de voyages, c’est mon indispensable !

Merci pour ta patience Luke et j’espère que l’on se recroisera sur ta prochaine tournée !

Merci à toi !

Fermer le menu