« One day I decided to send my own music to my most favorite record label  R & S » – Ken Ishii

« One day I decided to send my own music to my most favorite record label R & S » – Ken Ishii

Electronic music has always been some kind of subjective example for nowadays society. Almost no words, mainly sounds that everybody can understand, associate or interpret at its easy. We want to go sometimes further and try to understand what’s between this abstract and subjective experience and our sensible society. Today, we talk about this with an important figure of electronic music’s world, Ken Ishii.

Interview (English)

Hi Ken, your first albums and EPs were signed on R&S Records, and every artist that started out with Renaat’s label, has its own story with it. What’s yours ?

I was a student in Tokyo who was DJing just for friends and producing some music for fun. One day I decided to send my own music to my most favourite record label at that time, R & S, with a little hope to be an artist on them. I sent them a cassette tape and they wrote me back. No emails but mails. They said they were interested in my music. After a few more exchanges, they sent me a contract of a multiple 12” + optional album deal by FEDEX all of a sudden. That’s how everything started.

How different is the Ken Ishii that released Pneuma in 1993, and nowadays’ Ken Ishii that dropped in 2018 Malfunction Manipulation, musically speaking ?

Like I mentioned I was just a normal student, a self taught bedroom producer, so I was making music with pure instinct and without knowledge in the beginning. I have learned so many things with gear, programming, engineering etc and experienced so many gigs all over since then. I think I’m an OK producer now. However, I feel the reason why I make music even now is still the same as before – I just enjoy making music. It’s still my best hobby, not a job.

Japan has always kept an original and unique way to appropriate music. Japanese jazz is unique, Japanese rap is unique, Japanese pop is unique, and so is Japan Funk. There is nonesuch electronic music as Japanese electronic music. How come ?

OK, with those other styles of music, Japan had always been in a position to follow the established countries for the music. To get known or stand out in the international scene, you must have been very different or unique from the existing styles. On the other hand, with electronic music, we originally had a nationwide booming of techno pop like YMO in the early ’80’s as well as the house and techno scene emerged almost at the same time as in Europe. We are originally in the same generation and we didn’t have to pretend to be different.

In Europe there is this unfortunate vibe around darkness in electronic music. Your music is full of colors, your style is bright. But your last collaboration with Dimpy Singh (Drunken Kong) showed us, as many records before, a more calibrated and obscure techno. Do you think there is a darker and a brighter way of seeing music ?

Don’t take it so negatively. Electronic music already has its long history and it has been going up, down, left and right so far. Maybe it looks like a not-so-good phase to you right now, but there is always good music and there are people who support it somewhere!

We often ask this kind of question to people who made Techno music start, back then at the early beginning of the movement : what/who inspired you to produce this kind of sound ?

I have been a huge electronic music fan myself since the Kraftwerk and YMO era but my final influence as a producer was early Detroit techno. Juan Atkins, Derrick May, Kevin Saunderson and Underground Resistance. They and their music really gave me courage and inspiration.

Speaking of influence, many french people grew up listening to Ryuichi Sakamoto’s Yellow Magic Orchestra, and all his side projects. In France, he has embodied the talent and genius of Japanese electronic artists ; does he have a status among the artists from your generation ?

Definitely yes. He is not connected to the club scene but lots of artists of my generation are influenced by him and YMO. I love his album called ‘B-2 Unit’ from ’81 and I still listen to it sometimes.

There’s a very-retro-styled interview of you in the 1990’s show Party Zone from MTV. At that time Techno artists were hype on TV. We see less and less electronic artists appearing on this type of media, what’s your feeling about that ?

Party Zone, it sounds familiar to me. I don’t think our kind of artists have to always appear on this type of mainstream media, but there better be young and uprising stars from techno/electronic music once in a while who do good music and attract people. That’s healthy for the scene.

You composed music for video-games, for the Winter Olympics, you’re one of the instigators of japanese electronic music. Today, how do you find inspiration ?

Anything can be my inspiration. Good (and bad) gigs and how my crowd reacted can be a direct inspiration for making dance tracks. And some interesting things I see outside of clubs or festivals can be it too. Recently I have discussions with a museum of future technology and cosmos in Japan. It’s getting a strong source of inspiration, actually.

If you wouldn’t have produced and, sincerely, made electronic music, what would you have done (in music or maybe something completely different) ?

Graphic designing or beer brewing, I guess.

What can we wish you, Ken Ishii, for 2019 ? What are your projects this year ?

I will release my original Ken Ishii album later this year. It will be the first one after 13 years. This is the main thing to do. Plus, I will keep releasing EPs and remixes on various labels as usual, such as ‘Montage EP’ on Octopus and a remix for Anderson Noise on Different Is Different being released in this April. Also I have plans to do music for a game and VR stuff.

Stud Questions (English)

A reference artist

Difficult question to answer

An album

‘Drumming’ by Steve Reich

The most unthinkable collaboration

Steve Aoki

A movie

Matrix

A super-hero

Neo

The woman of your dreams

Trinity

A beer

De Dochter van de Korenaar

The best club

Too many to name

La musique électronique a toujours été formée d’une subjectivité exemplaire. De nos jours, dans la société dans laquelle nous vivons, nous pouvons l’entendre encore plus. Quasiment pas de mots, principalement des sons que tout le monde peut comprendre, associer ou interpréter facilement. Nous voulons nous dépasser et essayer de comprendre le liant entre cette abstraction subjective et notre société de plus en plus sensible à cette forme d’art. Aujourd’hui, nous en parlons avec une des figures de la musique électronique, Ken Ishii.

Interview (Français)

Salut Ken, tes premiers albums et Eps tu les signais sur R&S Records, tous les artistes qui ont débuté sur le label de Renaat ont leur proper histoire concernant ces débuts. Quelle est la tienne ?


J’étais étudiant à Tokyo et je mixais pour mes amis, de temps en temps je produisais quelques morceaux pour le fun. Un jour, j’ai décidé d’envoyer ma musique a mon label favori, à l’époque R&S, en ayant une fine couche d’espoir de faire partie des artistes de leur catalogue. Je leur ai envoyé une cassette et ils m’ont répondu. Pas par mail mais par voie postale. Ils avaient dit qu’ils étaient très intéressés par ma musique. Après quelques échanges, ils m’ont envoyé un contrat pour sortir un vinyle 12 pouces avec un album en plus en option par la Fedex. C’est comme ça que tout a débuté.

Quelle est la difference entre le Ken Ishii qui sortait Pneuma en 1993 et le Ken Ishii d’aujourd’hui qui a sorti Malfunction Manipulation en termes de musique ?

Comme je disais, j’étais un étudiant normal, un autodidacte qui composait dans sa chambre. Je faisais de la musique avec mon instinct et sans vraiment connaître les bases au début. Mais j’ai appris beaucoup de choses avec mon matériel, la programmation, l’ingénierie… et j’ai acquis de l’expérience grâce aux nombreuses soirées. Je pense que mon niveau de production est OK maintenant. Cependant, je sais pourquoi je continue à faire de la musique de la même façon qu’avant. C’est parce que j’aime faire de la musique. C’est toujours mon hobby favori, ce n’est pas un travail.

Le Japon a toujours eu une façon originale et unique de s’approprier certains styles de musique. Le jazz japonais est unique, le rap japonais est unique, la pop japonaise est unique, tout comme la funk japonaise. Il n’y a aucun égal à la musique électronique japonaise. Comment expliques-tu ce phénomène ?

Je suis d’accord avec ces styles musicaux, le Japon a toujours eu une position de suiveur par rapport aux pays qui avaient déjà développé leurs styles. Pour être connu et reconnu à l’international, tu dois avoir quelque chose de très différente et de très unique par rapport aux autres styles. D’un autre côté, avec la musique électronique, nous avions un essor national grâce à la pop techno de YMO au début des années 1980 pendant que la house et la techno débutaient en Europe. Nous étions dans la même génération et nous n’avions pas à  prétendre à être différents, tout se passe en même temps.

En Europe il y a cette aura un peu sombre qui est parfois regretable dans la musique électronique. Tes productions sont pleines de couleurs et de brillance. Ta dernière collaboration avec Dimpy Singh (Drunken Kong) nous a montré, comme la plupart de tes sorties, un côté plus obscur de ta techno. Penses-tu qu’il existe des façons plus sombres et plus lumineuses de faire de musique ?

Ne le prends pas d’une façon si negative. La musique électronique a déjà une histoire assez longue et a toujours connu des hauts et des bas. Peut-être qu’aujourd’hui elle n’est pas dans un très bon état en termes d’apparences mais il y a toujours de la bonne musique soutenue par des belles personnes partout.

Nous posons souvent cette question aux gens qui ont fait naître la techno, à l’époque, au début du mouvement, qui ou qu’est ce qui t’a inspiré pour produire ce style de sonorités ?

J’ai été un grand fan de la musique électronique depuis l’époque Kraftwerk et Yellow Magic Orchestra mais mes premières influences en tant que producteur venaient de la techno de Détroit. Juan Atkins, Derrick May, Kevin Saunderson et Underground Resistance. Eux et leur musique m’ont vraiment donné du courage et de l’inspiration.

En parlant d’influences, beaucoup d’artistes français ont grandi en écoutant Ryuichi Sakamoto et sa Yellow Magic Orchestra, avec tous ses projets annexes. En France, il symbolise également le talent et le génie des artistes de musique électronique japonaise ; a-t-il un statut particulier auprès des artistes de ta génération ?

Bien sûr que oui. Il n’est pas connecté avec la scène club mais beaucoup d’artistes de ma generation ont été influences par lui et sa YMO. J’adore son album “B-2 Unit” de 1981 et je l’écoute encore aujourd’hui parfois.

On est tombés sur une interview très retro sortie dans les années 1990 dans une émission appelée Party Zone sur MTV. A l’époque les artistes techno avaient une certaine reconnaissance à la télévision. On voit de moins en moins d’artistes issus de la scène électronique apparaître sur ce style de médias, qu’en penses-tu de cette forme de non-médiatisation au travers de ces canaux ?

Party Zone, ça me dit quelque chose oui. Je ne pense pas que les artistes comme nous aient besoin d’apparaître sur ces medias mainstream, mais de temps à autres, un jeune artiste, une figure montante de la musique électronique/techno, qui fait de la musique cool peut faire une apparition. C’est assez sain pour cette scène.

Tu as compose des musiques pour les jeux vidéo, pour les Jeux Olympiques d’hiver, t’es l’un des instigateurs de la musique électronique… Comment trouves-tu ton inspiration aujourd’hui ?

Tout est inspirant. Des bonnes (et des mauvaises) soirées, comment les gens réagissent ça peut être une forme d’influence pour faire des tracks plus dance. Il y a pas mal de choses intéressantes que je vois à l’extérieur des clubs et des festivals aussi qui m’inspirent. J’ai récemment eu une discussion très intéressante avec un musée de la technologie du futur et du cosmos au Japon. C’est une de mes grandes sources d’inspirations là à l’instant.

Si tu n’avais pas produit de la musique quelles auraient été tes passions,  que tu pourrais transformer comme ton travail ?

Du design graphique ou brasser des bières je crois.

Que peut-on te souhaiter, Ken Ishii, pour cette année 2019 ? Quels sont tes projets ?

Je vais sortir mon album Ken Ishii cette année. Ce sera le premier depuis 13 ans. En plus, je vais continuer à sortir des EPs et des remixs sur de nombreux labels, comme d’habitude. « Montage Ep » sur Octopus et un remix pour Anderson Noise sur Different Is Different en Avril. J’ai aussi des plans pour travailler une musique de jeux et de VR.

Stud Questions (Français)

Un artiste référence

C’est trop difficile de répondre

Un album

‘Drumming’ de Steve Reich

La collaboration la plus improbable

Steve Aoki

Un film

Matrix

Un super héros

Neo

La femme de tes rêves

Trinity

Une bière

De Dochter van de Korenaar

Ton club préféré

Il y en a trop de bons.

Fermer le menu