Le Jardin d’Hiver 2020 : une programmation musclée pour une première édition attendue

Le Jardin d’Hiver 2020 : une programmation musclée pour une première édition attendue

Après la réussite du Jardin d’été, le collectif lillois Le Jardin Electronique nous délivre sa recette pour combattre le froid du Nord : trois jours de festival à la programmation exigeante. Direction Lille pour Le Jardin d’Hiver !

Les 28, 29 et 30 février, nul doute que le public électronique lillois sera rassemblé au Grand Sud. Ce bâtiment contemporain a la caractéristique d’être très modulable, pouvant servir à la fois de théâtre et de centre d’exposition. Mais il se prête aussi magnifiquement à une ambiance warehouse : on se souvient tous de cette deuxième nuit du NAME Festival 2018 et du closing dévastateur de Paula Temple dans une ambiance humide.

Cette ambiance, on la retrouvera aussi le vendredi 28 février avec une programmation techno indus et acid des plus séduisantes. En tête d’affiche, la pépite française I Hate Models viendra jouer ses morceaux les plus torturés et dystopiques. A ses côtés, le duo italien Boston 168, armé de toutes ses boites à rythmes et synthétiseurs, nous transportera en live dans les contrées d’une acid mélodique. Mais on y attendra aussi SNTS, seigneur Sith de la techno industrielle, pour le voir produire sa techno brute et sauvage.

Pour compléter une programmation déjà bien épicée pour ce premier jour de festival, le Jardin d’Hiver invite deux femmes en pleine ascension. Justine Perry, avant de se découvrir une vocation musicale à Londres, a sillonné les meilleurs dancefloors belges, dont elle saura retransmettre l’énergie. La deuxième est Léa Occhi, résidente confirmée de l’excellent collectif parisien Spectrum, qui organise une des meilleures soirées de la Station – Gare des Mines.

Pour le samedi, Le Jardin d’Hiver mise sur une programmation certes moins brutale, mais qui fait la part belle aux artistes français. Aux platines, BoomBass viendra porter haut les couleurs de la French Touch dont Cassius était un des duo phare. Il sera accompagné de Zimmer, qui se produira exceptionnellement en live, pour un moment de house qui s’annonce planant. Du côté des internationaux, le duo flamand Joyhauser, Layton Giordani ou encore le panzer allemand Thomas Schumacher seront aussi de la partie pour faire monter la pression et les BPM.

Pour plus grand plaisir, la fête se poursuivra le dimanche, auquel seront invités des petits collectifs locaux pour une après-midi (13h30-20h30) en accès libre et gratuit ! On y retrouvera le groove du crew La Bonne Fête mais aussi l’équipe de Boreal, habituée du Baby Club où ils ont récemment invité Kobosil.

Voilà de quoi contenter les Lillois : un nouveau festival pour nous sortir de la morosité de février. Trois soirées, 23 h de son, des promesses locales et des mastodontes de la musique électronique. Faites comme bon vous semble, mais La Stud y sera !

Fermer le menu