Mais qui est Mila Dietrich ?

Mais qui est Mila Dietrich ?

Dietrich. C’est un nom qui parle aux cinéphiles, mais ici point de Marlène, la « Vénus blonde » , mais bien Mila Dietrich, Dj et activiste de la scène Techno.

Mila Dietrich : Une techno sincère, dark et et psychédélique

Mila Dietrich est un alias pensé par une jeune productrice dont le nom revenait sans cesse dans le milieu Techno marseillais. Il fallait absolument que je cherche à savoir de qui il s’agissait.
Ma rencontre avec Mila Dietrich s’est naturellement faite via ses plateformes de partage de musique.
J’ai pu y découvrir, au-delà d’un univers musical très identifié, une forme de sincérité positive quant à l’approche de l’artiste vis-à-vis de son propre travail. On valide.
Lorsque la jeune femme présente ses influences en terme de genre, on a droit à une superbe accumulation de registres étroitement liés, mais aussi relativement différents, en passant par « Dark Disco » ou encore « Psyche Techno ». Et n’ayons pas peur de le dire, c’est ce métissage délirant qui paie pour Mlle Dietrich.
A l’heure où ces lignes sont écrites, l’équipe de la Stud’ brûle d’envie de vous parler de ses productions, mais tant qu’à faire … Et si on demandait directement à la principale intéressée ?
Malgré une explicite présentation de l’artiste sur ses réseaux sociaux, une question subsiste…

Mais qui es-tu, Mila Dietrich ? – Interview

La Stud : Bonjour Mila ! Merci pour cet interview.

Mila Dietrich : Hello Simus! Merci pour ce joli paragraphe, quelle fine plume tu fais!

La Stud : Avant de passer aux festivités, une question pour enfin lever le voile sur ce mystère… Pourquoi avoir choisi « Mila Dietrich » comme nom de scène ?

Mila : J’avais pas trop envie de reprendre mon vrai nom pour mon projet musical, et j’aime bien l’idée de me créer un personnage, Mila c’est un peu mon double maléfique tu vois. Dietrich comme tu l’as fort justement remarqué c’est en hommage à Marlène Dietrich, que j’admire beaucoup. Elle représente pas mal de concepts qui me parlent, une certaine idée de la liberté.

La Stud : Pour continuer dans la même veine, est-ce que tu peux nous dire qui tu es ? Tu peux nous parler de ton parcours dans le milieu de la musique ? 

Mila : Qui je suis… ça c’est une question ! Je vais plutôt te parler musique sinon on va y passer la nuit en élucubrations.

J’ai toujours été entourée de musique depuis très jeune. J’ai commencé avec le piano, et ensuite j’ai été batteuse dans pleins de groupes de rocks tous plus variés les uns que les autres. Punk, Garage, Rock, Psyche Noise et même Metal Core (oui oui ça existe). Donc je crois que j’ai toujours eu besoin de tout tester en fait. A un moment j’en ai un un peu marre des histoires de groupes qui finissent mal en général, et j’ai eu envie de commencer un projet en solitaire. Ce qui me va plutôt bien. J’écoutais déjà beaucoup d’électronique, et j’en suis venue à la production assez naturellement après avoir commencé à faire des playlists.

La Stud : Si tu devais définitivement nous donner tes toutes premières influences, celles qui t’ont donné envie de faire de la musique, tu nous dirais … ?

Mila : Mes toutes premières influences c’est le Rock n’ Roll au sens large, mais aussi le Punk, la New Wave et la Trip Hop sans hésiter.

La Stud : C’est une force de venir d’un autre univers musical ? On a bien pu saisir le métissage évident au sein de tes productions, tu penses que la recette c’était ce mélange des genres ?

Mila : Je sais pas si c’est une force mais en tout cas j’adore le mélange des styles! Je vois pas ça autrement pour ma musique, dans mes prod’ (ndlr : morceaux de musique produits) je peux pas m’empêcher de m’inspirer de plusieurs trucs différents. Ca me vient comme ça. Parfois c’est complètement improbable mais j’aime bien tenter des associations pas forcément évidentes et essayer de créer quelque chose de nouveau. C’est ça qui m’intéresse.

La Stud : Maintenant, c’est dans la musique électronique que tu opères, évidemment. Avant de parler de tes productions, tu peux nous dire quelques mots sur ton univers musical actuel, au sens large ? 

Mila : Je n’aime pas beaucoup m’attribuer une étiquette, mais si je devais définir ce que je fais je dirais que c’est de Techno à tendance psychédélique, croisée avec de la Minimale, et de la Dark Disco. Et là je reste soft sinon je peux t’allonger la liste à n’en plus finir.

Mila Dietrich, active et en pleine progression en 2016

La Stud : Parlons toujours de la Mila d’aujourd’hui. Un nouvel EP est sorti sur le label « Civil Disobedience », il s’appelle « Wait and see » et il est disponible sur Beatport depuis le 23 Septembre dernier. Tu peux nous en parler ?

Mila : Civil Disobedience c’est un nouveau très cool label que je vous conseille d’aller suivre, il va certainement beaucoup faire parler de lui dans les mois à venir…
Wait and See c’est un bel exemple pour ceux qui se demanderaient à quoi ça peut bien ressembler de la Techno psychédélique. Cet EP est aussi le symbole d’une certaine idée de la libération sexuelle, et cette approche politique a été très soutenue et défendue par le label.

« Le psychédélisme, c’est l’avenir ! »

La Stud : Si tu pouvais constater une évolution entre tes plus anciennes productions de musique électronique et ton dernier EP par exemple, tu nous dirais qu’elle repose sur quoi ? 

Mila : A travers ma musique j’aime raconter des histoires, c’est pour ça qu’il y a presque systématiquement des vocals (ndlr : samples, extraits de voix pré-enregistrés) dans mes tracks. C’est donc étroitement lié à mon humeur, à mon état d’esprit à un certain moment. Et comme tout ça peut changer très vite chez moi, forcément ça se ressent dans ce que je crée et ça évolue en permanence.

La Stud : On fait un petit crochet sur une de tes toutes dernières productions qui m’a particulièrement fait accrocher à cet univers musical que tu proposes. « Poème en allemand », ce titre qui possède aussi un Remix de Kenny  Roncali, a beaucoup plus en interne. Tu peux nous parler du concept derrière ces deux morceaux ? 

Mila : Poème en allemand est inspiré d’un poème de Friedrich Schiller (ndlr : poète et écrivain allemand du XVIIIème siècle). Ca peut paraître joli dit comme ça mais en fait c’est assez Dark comme truc. Je te fais une petite traduction tu vas voir.
« Look, we hate, we argue, our affectations and opinions drive a wedge between us. In the meantime your hair turns grey. Mine as well. »

Plus largement cette chanson représente un côté froid et minimaliste bien allemand, et Kenny en a fait un version plus Techno qui groove.

La Stud : Maintenant en quelques mots, pourquoi devrait-on parier sur Mila Dietrich à l’avenir ?

Mila : Le psychédélisme, c’est l’avenir !

La Stud : Merci beaucoup Mila pour ces quelques mots, on a vraiment hâte de faire découvrir ton univers musical à nos lecteurs.

Mila : Merci à toi. Coucou les lecteurs !

Les Questions de la Stud : Mila Dietrich

Un artiste de référence :

Beigbeder

Un album :

« Vous n’allez pas repartir les mains vides » (ndlr : Album de Sexy Sushi)

Une collaboration improbable :

Jacques & Jul. Une marque de fringue

Un film :

Into the wild. Je rigole hein

Un super-héros :

Cat-Woman

Une bière :

Celle que j’ai bu la dernière fois. La pied de cochon. Un truc comme ça (ndlr : Rince-Cochon ?)

Ton club préféré :

Le Kit Kat club. Je n’y ai jamais mis les pieds

Une idole :

Rebekah Warrior !

Un chauve :

Gaspard Noé

On vous invite vivement à découvrir son dernier EP « Wait and see » sorti le 23 Septembre 2016 sur le label « Civil Disobedience ».
N’oubliez pas de passer sur son Soundcloud ou sur son Facebook. 

Fermer le menu