Nouvel EP éblouissant de Velvetian Sky, Carl

Nouvel EP éblouissant de Velvetian Sky, Carl

Une sensibilité musicale rare

Un pont entre Marseille et Los Angeles

Velvetian Sky a commencé très tôt à s’intéresser à la musique, et dès son plus jeune âge son duo avec Wise Oli, Memory Card, n’était pas passé inaperçu sur la toile avec des productions Glitch Hop de qualité (cf. Epic Childhood) qui ont fait le buzz un moment. Déjà pouvait-on voir transpirer le talent à travers plusieurs compositions et mixtapes, et surtout dans les choix musicaux, en sortant des sentiers battus et rebattus de la musique électronique.

Aujourd’hui, résidant à Los Angeles, l’artiste mis à l’honneur s’inspire de la culture californienne et des artistes qu’il rencontre depuis deux ans déjà pour affiner son travail de recherche musicale. L’année dernière, à l’occasion de la sortie de son EP précédent, « Extracts From The Alt. Life », j’ai pu constater par moi-même la naissance d’un univers musical atypique, complètement personnel, et parfaitement attachant : la naissance d’un artiste ?

Le constat est simple : l’Européen que je suis trouve ses racines musicales contemporaines dans la musique Rock, notamment de Grande-Bretagne, et par ailleurs dans la musique électronique -courant inspiré certes des pionniers de Detroit- mais que nos amis allemands puis nos compatriotes français se sont vite appropriés.

Forcément, évoluer dans le milieu de la musique, s’intéresser à ce qui existe en 2016 en vivant en France par exemple, cela ouvre la voie à beaucoup de musique Techno (en tout cas pour ma part), à une culture européenne que j’ai pu qualifier de « froide ». Du coup, l’oreille se faisant, on entend régulièrement les mêmes artistes produire de nouveaux morceaux qui se suivent se ressemblent, même si le talent fait que chaque production a sa spécificité et son efficacité.

 

Un choc thermique en termes de registres musicaux

Passer de Perc, Randomer ou même un artiste plus latin et festif comme Marco Carola à Velvetian Sky, c’est un véritable choc thermique.

Oui, un choc thermique. Deuxième confession de cet article : je ne pourrais même pas définir le genre de musique de ce nouvel EP, Carl. Mea Culpa !

Mais ces 10 minutes (qui se sont évidemment multipliées jour après jour depuis la sortie de l’EP), ce sont 10 minutes de respiration.  Un véritable voyage vers des contrées qui me sont parfaitement inconnues, vers des sonorités qui à la fois me parlent et qui à la fois me laissent sans voix. Oui, on respire.

Entre le « chill » et le hip-hop, avec des touches Jazzy, on découvre (en tout cas je découvre !) quelque chose de tout à fait inédit et de complètement reposant. La Californie.

Et puis, l’efficacité réside dans cette capacité à vouloir déconstruire la structure du morceau en perdant l’effet linéaire d’un modèle classique « Kick sur tous les débuts de mesure », et en cherchant à surprendre au détour de chaque mesure.

Tout ce que j’ai eu l’occasion d’entendre dans ces 4 morceaux proposés par Velvetian Sky, je ne le connaissais pas, ou presque. C’est comme si on était venu me bousculer dans mes habitudes de TechnoBoy bien français, comme si on était venu s’emparer de mes écouteurs pour me propulser, me bousculer doucement vers des sphères musicales bien différentes.

 

Voyage en terres inconnues

Que de propos dythirambiques pour exprimer une vérité, celle de ma projection vers l’inconnu. Bien sûr, l’univers musical de Velvetian Sky m’est plus ou moins familier depuis le temps que j’écoute ses productions, mais c’est toujours, pour moi, un dépaysement total.

Ce ne serait pas dont vous auriez besoin, vous aussi, d’un peu de fraîcheur « exotique » ?

Quand j’emploie le terme exotique, c’est pour mettre des mots sur un ressenti évident, celui de l’épopée musicale, certes courte, mais enivrante.

Oui, cet EP est une perle.

Et puis pour reprendre mes premiers propos, au-delà de parler de la qualité de sa production, savoir ce qu’il représente en dit long sur l’état d’esprit de l’artiste. C’est une véritable introspection, en passant par des choix multiples, qui a permis à Velvetian Sky de se donner pleinement à la composition pour apporter une véritable âme à son EP.

Mais pour en savoir plus sur son univers, j’ai échangé avec l’artiste francophone à propos de ses impressions et de son état d’esprit, je vous laisse ça là.

Velvetian Sky en interview

La Stud :  Yo Velvet’, pour commencer, une question un peu générale. Tu pourrais nous résumer en quelques mots, de ton point de vue, les différences, en terme d’inspiration musicale, entre la Californie et l’Europe, toi qui a vécu dans les deux endroits ?

Velvetian Sky : C’est vraiment deux mondes distincts… Les cultures, les interactions entre les gens, la façon de penser,le mode de vie… Il y a beaucoup de facteurs, mais j’ai l’impression que au final,  partout ou je vais, mon univers musical me suit.

La Stud : Après Alt. Life, ton dernier EP, tu as voulu changer de registre et délaisser sans l’abandonner la culture Hip-Hop que tu as découverte en arrivant à Los Angeles, tu l’expliques comment ?

Velvetian Sky :  Je voulais voir si je pouvais travailler et construire tout un projet en jouant tous les instruments et en n’utilisant aucun sample. J’ai voulu vraiment retranscrire mes émotions sans passer par aucun autre medium que mes propres rythmes et melodies.

La Stud : On sent vraiment que cet EP représente beaucoup pour toi, chaque EP que tu sors, c’est un peu un cap que tu dépasses, non ?

Velvetian Sky : C’est un cap oui, ou plutot une porte, que j’ouvre… Ca me permet d’avancer, de passer à la prochaine étape, au prochain niveau. Mais c’est aussi un reflet de ce que je vis sur le moment, et une manière de figer ce que je ressens durant cette période. Je trouve que c’est important de s’inspirer de nos experiences personnelles, de notre croissance, de la vie en général.

La Stud : Dans cet EP, est-ce qu’il y a un morceau en particulier que tu préfères, à titre personnel ?

Velvetian Sky : Tous les morceaux me plaisent, ils ont chacun une signification particuliere! J ‘aime beaucoup Zebra Blanket, c’est le morceau que j’ai créé le plus rapidement. Tout était fluide et naturel, j’étais vraiment inspiré. Floating est aussi un morceau qui me plait beaucoup. Repeated  Measures est un super artiste, c’est genial qu’on ait pu collaborer alors qu’il habite si loin (Sendai, Japon). Choisir le nom du morceau etait probablement la partie la plus dure. On avait tous les deux des idées similaires mais on trouvait aucun mot qui nous plaisait.

La Stud : Question plus technique pour nos lecteurs musiciens … Tu travailles avec quel logiciel pour tes productions ? Tu utilises des instruments pour composer  ?

Velvetian Sky : J’utilise ableton, ableton push, un clavier et une guitare electrique que mon voisin m’a passé quand j’habitais à Santa Monica.

La Stud : Maintenant que t’as fini Carl, tu nous prépares d’autres surprises pour 2016 ?

Velvetian Sky : Toujours… J’ai une cassette qui sort en Fevrier chez Soultapes. Je travaille sur deux autres projets solo qui devraient sortir avant avril intitulés “When The Sun Happens To Set” & “When The Sun Happens To Rise”. Je collabore aussi avec d’autre artistes mais je peux pas donner trop de details pour l’instant.

Les Questions de la Stud

Un artiste de référence

Fela Kuti

La collaboration la plus improbable

Y’a deux mois, j’ai collaboré avec Jasperino, un enfant de 13 ans qui vient d’Estonie et qui fait des beats de fou ! Les gens pensent que c’est un canular.

Un film

L’odysée de Pi

Un super-héros

Whoyew

Un album

Prefuse 73 – One Word Extinguisher

Une bière

eau minérale + ricard

La femme de tes rêves

J’ai oublié son nom….

Un club

Un club? je sors pas moi

Un chauve qui t’a marqué

Saitama

Une blague pour terminer

 ….. pour de bon ?

Un grand merci à toi !

MERCI Simus, La Stud’ & cie….. love you all

Fermer le menu