« On revenait sans attente » L’Or du Commun en Interview

« On revenait sans attente » L’Or du Commun en Interview

Une fois de plus, le Rap Belge est à l’honneur aujourd’hui puisque nous mettons en lumière un groupe Bruxellois. 

Le groupe « L’Or du commun »  a accepté de répondre à nos questions.

Une fois de plus, on remercie les orgas et cette fois le label « La Brique » pour sa professionnelle sympathie. Une fois de plus, des artistes souriants et chaleureux nous ont ouvert les portes de leur univers.

L'interview

La Stud : On voulait savoir comment se passe la sortie de “Zeppelin”  !

L’or du commun : Bien !

Loxley : Aux anges ! On est content de la manière dont ça se passe. On est parti un certain temps. Il y a eu un départ, on est à 3 voix au lieu de 4 maintenant donc on revenait sans attente mais en le vivant comme un come-back.

Les gens l’ont bien reçu, on a une tournée qui commence en Septembre.

Swing : Les clips aussi ont bien tourné.

Primero : Les gens sont super réceptifs à la nouvelle composition du groupe et la voie artistique empruntée.

 

La Stud : Justement, je voulais parler de cette direction. Vous avez totalement changé de style pour votre dernière cover, pourquoi?

Primero : Arrêter de se cacher !

Swing : C’est vraiment grâce à Romain H (Exonatif), un gars avec qui on a travaillé pour le visuel de ce projet et en qui on a eu entièrement confiance, à raison d’ailleurs. Ensemble, on a travaillé ça et on est arrivé à ce résultat avec un côté un peu “Boys Band”, “Kitch” voire “Surréaliste”

Primero : Pour moi, il y avait ce côté identité car on revenait après un an et demi et des projets avec lesquels on avait jamais vraiment montré nos têtes. Il y a un membre du groupe aussi qui est parti, il fallait arriver de façon claire !

Voilà : L’or du commun maintenant c’est nous, on est trois etc… C’était à faire

 

La Stud : On revient au début maintenant avec le projet “Origine” et la présence de Roméo Elvis, comment s’est fait cette rencontre? C’était pour ce projet ou vous le connaissiez avant ?

Loxley : On était en train d’écrire l’origine quand on a rencontré Roméo. Il venait à des concerts à nous, c’était une groupie à l’époque Roméo faut le préciser !

En vrai, il venait aux concerts et je pense qu’il ne connaissait pas vraiment de monde qui rappait à l’époque. Puis c’est Félé Flingue qui a envoyé un message qu’on a retrouvé il y a pas si longtemps d’ailleurs. Un message tout pété pour lui dire “Viens rapper à la maison”, on habitait ensemble à l’époque. C’était le début d’une longue collaboration et ça a commencé par une cuite phénoménale dont nos ulcères se souviennent encore…

La Stud : Swing, on s’est croisé à Marseille comme on le disait tout à l’heure. Qu’est-ce que ça t’apporte de tourner avec Roméo ?

Swing : Déjà franchement de l’expérience car le travail de backeur est vraiment différent de celui de rappeur, même en groupe. Quand t’es backeur c’est une position différente, une manière d’appréhender qui est autre. Tes mouvements vont être là pour mettre en avant une autre personne et pas toi. Cela a été un travail enrichissant pour moi, c’est toujours bon d’apprendre à faire différemment.

Sinon aussi évidemment, étant donné que Roméo a beaucoup de scènes (tous les week-ends) cela m’a permit de voyager, de rencontrer plein de gens et de faire des grosses scènes car depuis “Bruxelles arrive” et l’espèce de Boum qu’il y a eu autour de sa personne, il ramène beaucoup de gens.

 

La Stud : La question suivante est pour Primero, où vas tu chercher ton inspiration pour tes story tellings?

Primero : En fait, je sais pas trop te dire, je crois que de base j’ai du mal à écrire sans une étincelle ou un point de départ. Écrire comme ça des punchlines c’est un travail que je maîtrise moins bien. J’arrive plus facilement à avoir dans ma tête un personnage ou deux, un lieu et une scène !

Le fait d’avoir une histoire en tête me donne un champs lexical et offre un point de fuite ! C’est pas une question d’inspiration mais plus d’un terrain sur lequel je suis plus à l’aise.

La Stud : Du coup, Loxley, tu parlais de “cuite phénoménale”…

Loxley : Oh non !

 

La Stud : Est-ce que l’anecdote du croissant dans l’eau de vie est réelle? (Voir Grunt Bruxelles) 

Loxley : C’est pas une anecdote ça en fait, c’est une image…… Fin……

Primero : Loxley, nous même membres de l’Or du Commun n’avons jamais compris cette image. Peux tu expliquer à nos amis marseillais?

Loxley : C’est juste qu’à Marseille ils mettent les croissants dans l’eau de Vie le matin

 

La Stud: Dans le Ricard !*

Loxley : C’est un texte très métaphorique, un peu pouet-pouet….

Primero : Qu’est ce que tu voulais dire??

Swing : Le mec boit dès le matin quoi.

Loxley : Nan, le croissant symbolise le matin.

Swing : TU bois le matin quoi !

Loxley : L’eau de vie en fait…

Swing : C’est de l’alcool !

Loxley : J’aimais l’expression “Eau de vie” mais non c’est pas un truc que je fais ! Non, non.. non

 

La Stud : Dans votre dernier clip, on voit pas mal de têtes de Bruxelles, est-ce que vous vous sentez inscrits dans la vague belge qui déferle actuellement sur le rap?

Swing :  Selon moi, quiconque fait du rap et est belge peut prétendre faire partie de cette vague. Ce qu’il faut montrer du doigt je pense, c’est ce côté non élitiste. Tout le monde peut venir. Ce n’est pas une marque déposée.

Primero : C’est clair que ceux qui lèvent le plus de cachets et sont médiatisés arrivent en éclaireur.

Loxley : Il y a quand même des clivages dans le rap belge bien qu’ils soient flous. Je pense que c’est ceux qui constatent les clivages qui les créent.

Swing : C’est normal. Une personne qui fait de la musique  sans être reconnue n’aura pas la même place ce n’est pas un clivage, c’est naturel. Cependant, celui qui fait mille vues participe à sa manière au mouvement.

Primero : Cette question a déjà créé des frustrations. Vu qu’il y a de la lumière sur le courant, une grunt et d’autres événements dans lesquels on essaie de rassembler le Rap Belge entre gros guillemets, cela peut créer des petits clivages. Certains vont crier au rejet.

 

La Stud : Qu’est-ce que je peux vous souhaiter pour la suite?

Primero : Un joyeux mariage à Loxley qui va enfin passer le pas.

Loxley :Oh la la, ça me touche que t’en parle on a pas souvent l’occasion !

Primero : Plein de biff en fait !

Swing : Il faut nous souhaiter que ça continue.

Loxley : Ce serait bien qu’on reste intelligent. C’est important, mais pas toujours facile. Qu’on tienne un discours… Qu’on reste intelligent dans ce qu’on fait !

Je n’ai pas la formule mais c’est l’idée.

Swing : Ce serait bien de gagner un peu d’argent faut pas avoir peur de le dire !

Loxley : Ah oui oui

Primero : Histoire qu’on puisse continuer à faire ce qu’on aime et en vivre.

Swing : Pour cela, il faut un truc : que vous alliez liker la page facebook “L’or du commun”

Loxley : Meté poce bleu !!!

Les 10 questions de La Stud by l'Or du Commun

Un Album :

-P : KLR du Sayan Supa Crew

-L : Divine Feminine de Mac Miller

 

Un Artiste

-S : Kendrick

-L : Swing

-P : Tyler the creator

 

Un film :

-P : Nonente neuf francs ! (en VF ça donne 99 Francs)

-L : Autant en emporte le vent

 

Un super-héros :

-P : Bob l’éponge

-L : Swing !

– S : Les gardiens de la Galaxie

 

Une bière :

-S : On va laisser Loxley répondre !

-P : Attends, tu devrais décrire la personnalité de chacun avec une bière.

-L : La Zine Beer pour Bruxelles (Orthographe non garanti)

 

Un spot de rêve :

-ODC : Le rocher du conseil

 

Un chauve qui vous a marqué :

-S : Moi c’était tout simplement le préfet de discipline dans mon collège, on l’appelait carrément Hitman ou monsieur propre.

-P : Barthez

-L : Tout le monde doit dire Booba alors ce sera Vincent Lagaffe

 

La femme de vos rêves :

-P : Monica Belluci

-S : Lianne La Havas

-L : Swing

 

La collaboration la plus improbable

-P : Big Flo et Oli Kaaris ! Niska et Damien Saez peut-être.

-L & S : Kalash Criminel et Mylène Farmer
NB : Nous sommes tombé sur des pros de ce jeu, Loxley a même déclaré que c’était son jeu préféré

 

Une blague :

-P : Un p’tit jeu d’mot si j’peux m’faire mettre

Fermer le menu