« Trix City c’était une carte de visite » Diddi Trix en interview

« Trix City c’était une carte de visite » Diddi Trix en interview

Cette année encore, le festival Les Ardentes était un rendez-vous à ne pas manquer pour les amateurs de rap. 

Parmi les artites présents : de nombreux gros noms américains mais aussi des français qui se démarquent et se font une place bien méritée dans le jeu.

Tout droit venu de la rue Fontaine, Diddi Trix est monté sur scène et a montré que son talent va bien au-delà d’un simple Buzz. Après une prestation survoltée, il a accepté de venir se prêter au jeu de l’interview !

L'interview

La Stud : Yo Diddi, ça va ou quoi?

Diddi Trix : Ca va et toi mon gars des gars ?

La Stud : Ca va ! Alors ce concert ? Première fois en Belgique ?

Diddi Trix : Première fois en Belgique, première fois devant autant de monde c’était lourd !

La Stud : Ce genre de concert répond à tes attentes ?

Diddi Trix : C’était carré, franchement je suis content frère, c’est passé trop vite j’ai envie de retourner sur scène !

La Stud : Par rapport à Trix City, ton projet, on a vu que des retours positifs, t’en penses quoi?

Diddi Trix : J’ai eu quelques critiques négatives, comme tout le monde tu vois, toujours des gens qui critiquent mais bon c’est rien.

La Stud : T’as l’air d’avoir bien senti que 2019 était ton année quand même, comment tu vis cette exposition du coup? Elle s’est faite rapidement !

Diddi Trix : OKLM, franchement je suis content, je le vis bien, tranquille, mais c’est que le début.

La Stud : Le fait d’être en solo, ça change des choses pour toi ?

Diddi Trix : Ca change totalement !

La Stud : On a regardé ton interview donné chez Yard, et on t’as entendu dire que Pétou c’était pas le son que tu préférais, mais c’est celui qui a le mieux marché, tu t’y attendais pas !

Diddi Trix : Les sons marchaient relativement bien, mais tu vois, Pétou, il a pété, j’avais même pas fait le million encore ! C’est ça qui m’a fait péter. La il est à 5 millions, et en plus, c’est grâce à ça que les anciens clips ont eu le million ! Après Pétou, les gens sont partis voir le reste.
De ce que j’ai sorti avant, c’est pas mon préféré, je préfère Méga quoi.

La Stud : Ca change quelque chose pour toi dans ta façon de travailler, de se dire « maintenant que j’ai le buzz », de garder cette énergie ou tu préfère le naturel, le feeling?

Diddi Trix : Naturel, tranquille, j’essaie de faire de la bonne musique, j’essaie pas de me prendre la tête, j’essaie de faire toujours ce que j’aime tu vois. J’ai pas encore montré tout ce que j’aimais faire, Trix City c’était une carte de visite, l’album ça va être un autre délire. Ma parole que vous allez être choqués ! En vrai de vrai. Y’en a beaucoup qui pensent que ça s’arrête à Trix City, que j’ai dévoilé tout ce que je savais faire, et que je suis pas capable de faire certaines choses, mais l’album c’est un autre délire. Je peux pas vous donner la date mais ça va pas arriver dans mille ans, je vais sortir deux/trois clips de Trix City encore, et l’album va arriver très vite. Je vais pas dormir. Tu vas voir, d’ailleurs, y’a une petite surprise qui va arriver avant l’album pour faire kiffer les gens, pour montrer qu’on dort pas quoi et qu’on reste là. Après je peux pas vous en dire plus. Vous aimez bien la West Coast ?

La Stud : Par rapport aux médias, t’accordes un peu d’importance à ce qu’ils disent de toi? De tes projets?

Diddi Trix : Je regarde mais le plus important, c’est mes fans, ce que mon public dit.

La Stud : Par rapport à La Relève, ça t’a apporté quoi ce projet?

Diddi Trix : Franchement propre, c’est carré, j’étais content de participer à ce projet, j’aime beaucoup le morceau que j’ai fait dedans en plus !

La Stud : On a vu que t’étais aussi sur Gamer Over vol. 2, sur un son produit par Kore, qu’est-ce que tu peux nous dire de tout ça ?

Diddi Trix : Je sais pas trop quoi t’en dire. Game Over c’est Ibra54 qui m’a contacté, il m’a proposé d’être sur la compil’. J’étais direct chaud. Le volume 1 c’était disque d’or, Zénith etc. Ca m’a fait plaisir qu’il m’appelle. J’ai rapidement répondu présent. Sinon c’est Kore qui s’est chargé de l’instru.

La Stud : Pas mal de légendes entourent le personnage de Kore et sa relation avec les artistes. Qu’en est-il vraiment ?

Diddi Trix : Quelles genres de légendes ?

La Stud : On dit qu’il a une relation fusionelle avec ses artistes et que c’est presque magique de travailler avec lui.

Diddi Trix : Aaaaah c’est réel, c’est pas des légendes ! J’ai pas besoin de vous le présenter. Vous savez qui c’est !
C’est le boss de mon label mais je le vois presque comme un grand frère. Je sais que c’est le boss mais je le vois pas comme un patron. Au niveau de la musique, le feeling est immédiat. Déjà, c’est un mec qui est trop chaud ! Ensuite, il a une équipe de fou qui travaille avec lui pour faire les instrus, c’est trop lourd. C’est carré !

La Stud : Finalement, est-ce que ta première inspiration c’est la rue Fontaine ? Ou peut-être tout simplement la rue ?

Diddi Trix : La rue fontaine ahah. Bien entendu c’est la rue, mais avant tout c’est MA rue ! C’est de là que vient mon inspiration personnelle. C’est là que j’ai grandi, là que j’ai tous mes potes et c’est même là où je vis. C’est de là que tout part ! J’y ai tout fait.

Les 10 questions de La Stud avec Diddi Trix

Un artiste référence

Lil Baby


Un album

Or Noir


La collaboration la plus improbable

Big Flo & Oli x Kaaris


Un film

La cité de Dieu


Un super-héros

Spiderman


Une bière

Je bois pas de bière


Un spot de rêve

Rue Fontaine


La femme de tes rêves

J’en ai pas…


Un chauve

Jason Statham


Une blague

J’avoue que là j’en ai pas non plus

Fermer le menu