« Un jour on viendra casser vos cloisons » DJ ZVONIMIR en interview pour la sortie de ‘Viande Pourrie’
Artwork par Gabriel Boicel

« Un jour on viendra casser vos cloisons » DJ ZVONIMIR en interview pour la sortie de ‘Viande Pourrie’

Véritable phœnix de la scène électronique marseillaise, DJ Zvonimir n’a de cesse d’alimenter sa discographie avec des dingueries purement sudistes, gavées d’énergie dans une quête hardcore de sensations fortes. Southfrap Alliance, le Garlaban Klub Muzikk, Metaphore Collectif

On fait le point avec Zvonimir à l’occasion de la sortie de son EP « Viande Pourrie » chez Southfrap.

Yo Zvonimir, comment ça va ?

Weshhhhhhhh ben ça va tranquille le couz, j’pète la forme.

On t’a connu sous d’autres pseudos, comme Nidhogg,  Zvonimir il est né quand et pourquoi ?

Nidhogg c’était mon but ultime quand j’étais a la fin de l’adolescence, à l’époque je n’écoutais QUE du crossbreed (un mix entre hardcore et drum&bass) et je ne voulais faire QUE du crossbreed.

À l’époque ça prenait pas mal, j’étais super content, et puis quasi du jour au lendemain ça m’a plus régalé tant que ça, j’avais besoin de changement.

Je suis passé d’un truc très dark ambiance château en ruine et morts vivants, à quelque chose de plus coloré, ambiance euh.. je sais pas.

D’ailleurs à l’époque de la première tape Southfrap ‘Dans Tes Morts’ j’avais pas encore décidé de changer de blaze, et du coup mes 2 tracks sur cette tape là sont sous Nidhogg, alors qu’on peut facilement entendre que c’est 100% Zvoni !

Comment on décrit ce que tu fais en ce moment ? Un savant mélange de Hardcore ? D’Eurodance ? De Gabber ? C’est très chaud

Ouais, c’est tarpin ça en vrai. Le côté savant en moins. Forcément, le pilier de ma musique c’est le hardcore, ça a changé ma vie le hardcore. Mais j’aime ramener des influences, des samples et des Vibes de musiques “aucun rapport”. J’suis un gros fan de Black Métal à l’ancienne, d’Eurodance, de Hands Up, de Jungle, de mauvais Rap, de trop de trucs. Du coup ça fait des mélanges. Cette année j’ai sorti un EP qui réunit des éléments Gabber, Jungle, Black, Rave et c’était vraiment un gros kiff de produire ça. Je m’interdis rien en gros. Je refuse qu’on me mette une étiquette que je fasse semblant d’apprécier.

Véritable cri d’amour identitaire, on a découvert en mai un nouveau projet fait maison : le Garlaban Klub Muzikk. Tu peux nous parler de cette vibe, de ce collectif ?

Pendant le premier confinement on s’emmerdait un peu, et avec mon pote Dherar (Antihero aka Angry Sender) on a décidé de créer un Soundcloud complètement débile où on pourrait mettre que de la shitmusic bien kitsch. À la base c’était ça l’idée. On a pas mal déliré là-dessus et puis on s’est vite rendu compte qu’en fait c’était pas si débile que ça et que ça pouvait vraiment être très cool.

Au final on essaie de briser les cloisons entre les styles, et même tout ce qui sépare. Si ça se trouve un jour on cassera vos cloisons.

Le but c’est de faire les choses de manière carrée sans se prendre la tête mille ans sur des détails. Dherar a fait des sales remix Juke et Breakbeat de Katy Perry et Britney Spears, Severe nous a fait un gros gros Remix Techno de fergalicious et ça a pas mal tourné, j’ai fait un EP spécial Black Metal/Rave, on a de la Tek médiévale et de la Jungle sur notre soundcloud, on s’en bat les couilles.

Photo par Lou Lecuyer

On sait même pas si c’est un collectif, un label, un duo. C’est pas si important que ça en vrai.

On a pas fait de prosélytisme. Pas mal de personnes ont adhéré au délire et aiment vraiment les tracks qu’on sort, on s’y attendait pas du tout. Limite les gens sont plus chauds de nos tracks GKM que de nos tracks plus sérieuses, et c’est tarpin bien d’un coté. Ca montre que les gens veulent un peu se lâcher, kiffer, et arrêter de toujours se prendre au sérieux.

On a posé la première track en tant que duo avec GKM sur la Summer Hits de Southfrap d’ailleurs, c’est une track happyhardpsynightcoresque, genre bien n’importe quoi, avec des samples vocaux pitchés de Mavado.

On a des tracks de Antihero, Severe, Subtingz, DJ Godefroi (mdr), Laurent Rukkia, Indigeste Barrière… C’est un truc qu’on fait avec Antihero et qui veut participer peut. Tant que les tracks nous font rire et kiffer.

Parlons d’un autre collectif : depuis quand tu rides avec Southfrap Alliance ? C’est quoi ton rôle dans ce collectif Gabber Ultra Sudiste ?

J’étais à l’école avec 13NRV, on était pas forcement proches mais on kiffait déjà le Hardcore et on le savait mutuellement. Du coup quand ils ont eu l’idée avec Bogoss Lacoste de créer Southfrap, Ugo m’en a parlé cash. A ce moment-là j’en avais marre de faire du Nidhogg, j’y prenais plus trop de plaisir, et la direction artistique Southfrap m’a vraiment plu et même transformé.

T’a capté la sale diversité musicale qu’il peut y avoir sur une compile?! C’est beaucoup trop chaud. T’as Bogoss Lacoste qui fait des bootleg EDM déconstruits, 13NRV qui fait des hits de pur gangster, Seul Ensemble avec ses tracks évolutives… et j’en passe, mais en gros on va dire que je ramène le côté un peu plus dur. Southcore t’a capté!

J’ai jamais autant kiffé produire pour un collectif que pour Southfrap. J’ai beau habiter et travailler principalement à Toulouse en ce moment, bosser avec Southfrap ça me rapproche vraiment de Marseille et j’suis trop fier de faire partie du projet. Longue vie Southfrap.

C’est quoi ton morceau préféré du dernier Horror Show ?

Cette compile c’est ma préférée de toutes pour le moment, j’aime vraiment toutes les tracks. Celle de Future Is Offline est tarpin cool. En vrai la mienne est jdeed aussi, non? haha

Tu sors aujourd’hui un EP en solo, “Viande Pourrie”, à quelle sauce tu nous a cuisinés cette fois-ci ?

Sauce vitesse fraté.

On a le droit pour les deux premières tracks à de la violence sans nom, pas de répis, ça tape sévère et t’hésites pas à casser le beat, t’aimes la baston en fait ?

J’adore le hardcore à haut bpm. J’ai vécu des moments inoubliables en Hollande dans des crowds de terror et je crois que ça s’entend. Après, même si c’est très rapide, ma musique est pas forcément brutale. Un public techno pas très averti de hardcore trouvera forcément l’EP violent, mais pour un public hardcore, ça devrait aller.

J’essaie de faire le lien entre le Gabber a l’ancienne et le Hardcore actuel. J’aime vraiment cette idée de pousser le Hardcore vers quelque chose de nouveau tout en intégrant des codes très olsdchool.

Tu nous donnes trois ambiances sur Marseille – Roubaix (mon son pref d’ailleurs), on sort un peu des patterns classiques qui se ressemblent de type intro-climax-calme-climax-outro, tu vas t’aventurer un peu plus dans ces nouvelles formes de construction ?

Ouais carrément. Dans un futur proche j’aimerai bosser des tracks moins pensées pour le mix, faire quelque chose de plus musical. Je pense que cette approche la vient avec le temps et la lassitude.

Avec ta présence chez Metaphore Collectif (ton morceau en featuring avec Antihero “Sol Invictus” sur “Ici danse le peuple oublié”), tu dresses un bilan musical autour d’un triptyque très sudiste sur ces 6 derniers mois. C’est Marseille bébé ?

Marseille c’est ma ville, j’y suis né et j’y ai toujours vécu. Je ne suis à Toulouse que depuis un an, et j’ai bougé car j’ai eu une opportunité de Taff que je ne pouvais pas avoir à Marseille. Sinon je serais vraiment pas parti. À Marseille tout peut m’inspirer. Sans manquer de respect à Toulouse et aux Toulousains, j’ai pas le même feeling ici.

Photo par Lou Lecuyer

La team de Meta a toujours été super sympa avec nous et ils ont été parmi les premiers à se montrer vraiment intéressés par ce qu’on faisait. Mixer chez eux c’est de loin le meilleur gig que tu puisses avoir sur Marseille. Du coup avec Dherar on est super contents de notre track sur ‘Ici Danse Le Peuple Oublié’, c’était un projet vraiment cool. On se connait depuis le début du lycée et on avait jamais été foutus de faire une vraie collab. On a eu que des très bon retours sur la track.

On espère vraiment qu’il vont réussir a s’en sortir malgré cette situation de merde. Gros bisous la team Meta.

Pour la fin tu peux nous dire ce que t’écoutes en ce moment ? Avec l’artiste local que tu valides le plus.

J’écoute comme tout le monde : l’album de 13 Organisé. Jul il fait vraiment trop plaisir. On a de la chance de l’avoir.

Sinon Drokz, Akira, Iridium, 99jakes, Murder Club, HDMirror… Trop de trucs.

Et l’artiste local que je valide le plus c’est DJ 13NRV. C’est lui le boss.

L’EP Viande Pourrie à retrouver sur Bandcamp ici.

Fermer le menu