Von Bikräv, toujours plus fort

Von Bikräv, toujours plus fort

Derrière sa tenue d’ultra parisien super saiyan, Von Bikräv revient avec 100% Bibi, un album de 23 pistes fidèles à sa vision de la frapcore populaire et animée.

L’auto-proclamé “sans pitié du frapcore” dans le Manifesto.XXI charge très fort avec ses nouvelles productions à cheval entre un gangsta rap à la française et une rythmique hardcore proche du gabber. Le membre actif de Casual Gabberz n’a pas peur de faire danser Lord Kossity sur du hakken ou du jumpstyle.

Le collectif se disloque de temps à autre pour sortir indépendamment des morceaux tous unis sous la bannière du hardcore et paradoxalement tous très différents. L’un nous emmène dans les méandres du gabber, l’autre dans un style plus classique, plus acid, plus techno. Ici, Von Bikräv nous rapproche de son quotidien, de son éducation musicale avec une alchimie unique entre des classiques de rap et un nouveau son électronique.

Impossible de passer à côté de ces gars là dans la capitale, à l’heure où le BPM s’affole, où la musique tape plus fort, Von Bikräv et ses potes sont là pour mener la danse, ou ce qu’il en reste. Sorti en ce début de mois de juin, 100% Bibi n’a qu’un seul but, montrer l’étendue de la rave culture dans ses méandres les plus hardcores. Conjointement à leur Boiler Room délirante, les passages en solo de Paul Seul remarqués et le regard bien pensant de Evil Grimace, Von Bikräv montre à son tour qu’il fait partie des pères fondateurs du frapcore. Une confirmation réussie suite à ces inédits et (déjà) classiques du genre qu’il regroupe dans cet album.

Du côté des nouveautés on rentre dans la boucle de Bibi avec Ultra Instinct, une ode d’ouverture qui nous renvoie directement vers la culture manga des années 1990-2000 et des samples de l’univers de Dragon Ball. Le cri de transformation de Goku, la musique d’arrivée d’un méchant, les violons lors de la maîtrise de l’instinct, le bruit de l’énergie dégagée par le saiyans et le fameux Kamehameha.

Coup de coeur pour Del1kan avec Paul Seul qui rappelle les belles tracks Happy Trance gabberisées des années 1990 ainsi que 93 Bang Bang avec une techno acid speedée nette et sans bavures.

On retrouve également plusieures pépites de la première compilation, Inutile de Fuire, qui a fait les lettres de noblesse du frapcore de Casual Gabberz notamment avec des titres comme Timberland ou encore Comme Un Coq. Des tracks qui ont marqué le retour de la touche hollandaise hardcore sur la musique électronique française. Longtemps cantonnée dans les contrées nordiques des plats-pays, grâce à la force et à l’énergie du collectif, une nouvelle page s’ouvre pour cette frappe musicale.

Petit clin d’oeil à AZF qui, lors du closing du deuxième soir du festival Marsatac, que nous avons couvert, a su finir les derniers courageux du soir en leur imposant un véhément Narco Trafiquant. Un beau moment de frapcore calé entre quelques tracks techno diggées et un hymne mythique du rap français, “Art de rue” de la Fonky Family.

Vous retrouverez quelques petites exclusivités pour ceux qui sont encore prêts à investir dans la musique, Von Bikräv vous le rend bien, à sa manière, dignement à la façon de son nom d’artiste. Plusieurs offres sont disponibles suivant l’argent que vous investissez. Grinder, feuilles à rouler, t-shirts… Tous les produits dérivés sont garantis 100% Bibi.

Fermer le menu