Akhenaton – Quand ça se disperse
Source : Discogs

Akhenaton – Quand ça se disperse

Toujours aussi torturé lorsque je me pose la question : « Quel est l’album que je préfère de AKH ? » Par contre, lorsqu’il s’agit de sélectionner un morceau en particulier du grand monsieur du rap français, c’est ce titre auquel je pense sans hésitation…

Le son est issu de Sol Invictus, le deuxième album solo d’Akhenaton (sorti en 2001).
Ce projet est caractérisé par une ambiance sombre et un Akhenaton plus que jamais tourmenté.
Avec des morceaux restés dans les mémoires comme : Paese, Entrer dans la légende, Mon texte le savon

Quand ça se disperse n’est pas une exception, ce son est marqué par une nostalgie flagrante. De part  l’instrumental, créée par le rappeur italo-harissa, où il empreinte une boucle à B. Baker Chocolate Co sur la musique It’s Where You’re Coming From. Mais aussi avec les scratches de Sya Styles (ancien DJ et producteur des Psy4 de la Rime), qui renforce cette nostalgie en puisant dans les phases rappées par le passé par ses confrères (selon Sako, ce serait Masar du duo Mic Forcing qui serait scratché ici.).

Comme à son habitude, la plume de Chill est trempée dans ses larmes de ciguë. Dès les premières lignes, on le sent empreint d’une profonde mélancolie, de défaitisme, en finissant par croire cette phrase que l’on entend bien souvent : « La vie est une chienne à ce qu’il paraît… » faisant écho au morceau Elle, chienne de Freeman & K-Rhyme Le Roi.

Il se voile la face, béante de grimaces froides, avec des remontrances destinées à lui-même, en pensant à son adolescence qu’il ne pourra jamais revivre : « Chill fais-toi au fait, que ce n’est qu’au fond des yeux ces journées »

Au final, il se sent moins vivant maintenant, à 33 ans, qu’auparavant : « On parlait filles, on s’disputait sur la musique s’fendant d’rire, maintenant j’suis là où les gens font semblant d’rire… ». Le rappeur d’IAM se remémore les activités simples qu’il pratiquait, et il se voit maintenant dans des : « Étonnant, comme j’kiffais avec une balle de cuir, maintenant les soirées champ’ m’emmerdent à mourir »

Philippe Frangione tient quand même à rassurer ses proches : « même si d’autres joies m’bercent j’rigole plus autant j’te jure »

Bref, je n’ai pas eu besoin de présenter l’homme, une des figures qui a joué un des plus grands rôles dans le rap. Par contre, il est toujours utile de revenir sur certaines de ses œuvres qui n’ont pas eu l’exposition qu’elles méritaient, Quand ça se disperse en fait partie.

Fermer le menu