Interview – Oliver Whitehouse et le hip hop mondial à travers son objectif
Crédit photo : Eve Whitehouse Crédit illu : Blood Cartal

Interview – Oliver Whitehouse et le hip hop mondial à travers son objectif

(version française plus bas)

He is the founder of Sektion Red in 2012, a platform that produces and broadcasts clips of established and underground artists (more than 300 music videos and 40k subscribers on YouTube).

From Gambia to the United States via Bulgaria, Oliver Whitehouse travels the world with his camera to capture the environment of the rappers he shoots for. So I asked a few questions to this very special hip hop reporter…

Interview (English)

Tell us about your debut with Sektion Red… How did you launch the You Tube channel, how did you get the first contacts of the artists you shot for ?

I threw a party in Newcastle, an amazing city in the North East of England where I was living at the time, we had ten of the best artists in the city perform, gave away a nice pair of Jordan’s in a raffle, drank red stripe and sold red socks. Soon after that I dropped a music video with veteran UK emcee Shystie, and exclusive music video releases with Chali 2Na and Boldy James from the States. I had been filming music videos for a few years before starting Sektion Red so already had a good set of contacts.

If you could sum up Sektion Red’s identity in three words ?

Ahh I don’t really like defining what Sektion Red is, because what I put into it might be different to what someone else takes away from it. But the foundations are based on my tastes and what I like, expressing them in ways that I would like as a fan. Whether it’s a video, clothing or an album, in that way I’ve brought together audience with similar tastes to my own. So the vital element for me to do that and continue to grow are just to stick to what I love.

At the end of 2018 The Red Album was released, featuring rappers from 15 different countries: Hungary, Netherlands, Spain, Greece, Norway… And all these tracks have been filmed in the artists’ own country, it’s a world premiere, right ?

As far as I’m aware it hasn’t been done before, not to the level that I took it for the album, international collaborations have been done before of course. But not combining 15 different countries on one album with a video for each track.

Credit : Oliver Whitehouse
We know your love for the hip hop scene in Greece, what other scenes are you attached to ? Apart from England one of course…
 

Haha yeah, I tend to bring up the Greek hip hop scene in most interviews, whether I’m asked about it or not and admittedly it’s my favourite place for hip hop right now. But they’ve also been one of the countries most drawn to Sektion Red, I think they’ve been very quick to understand and appreciate, which I’m very thankful for, it’s a great feeling as an artist when your work is appreciated. My mum is from Norway and I’ve spent a lot of time over there so naturally I have a connection with the people over there, a Viking bond. But everywhere I’ve travelled I’ve found some great… and some awful emcees !

The first 2 concerts that Sektion Red organised were in Greece. One in Salonika on October 25th, and the second in Athens the next day. As guests, we could find familiar names like Sadomas, Logos Apeilh, Habitus, Res One & Datkid… How did you manage to set up these events and do you plan to repeat the experience ?

Yeah those were the first, of what may be more international concerts. I contacted all the artists who I wanted to play, sorted the artwork with some help of my friend Si Smithson and then had Johnny book the venues and make sure we had all the necessary equipment. But I’ve got a really good bunch of friends in Greece who helped on the day in both cities and who were getting the word out beforehand. So I didn’t do it alone. It’s quite possible that there will be more Sektion Red shows in future. Although it doesn’t seem likely that that’s going to happen any time soon with the current pandemic going on !

Credit : Oliver Whitehouse

During Hip Hop Kemp 2019, you interviewed legends like A.G. from D.I.T.C., R.A the Rugged Man, Immortal Technique… What do you remember about this event ?

So I was watching Evidence tear up the main stage, performing songs from Weather or Not, which was my favourite album of the year. Then about 4 songs in the HHK press secretary rushed over and said we had time to interview Immortal Technique. It had to be right now, which I was pleased about but also disappointed with the timing. The interview went well but by the time we got back to the show Evidence had finished… Later that evening I was backstage speaking with Edo G for a while about filming another video in Boston or elsewhere when the time is right. Then heading back to the stage to see Fashawn I saw Evidence waiting to go on for a quick surprise performance, so I went to the front and caught all of that show, which somewhat made up for the one I missed earlier.

After touring all over Europe, you’ve been to the United States several times, Africa, and more recently Asia. You’ve ticked everything off at the continental level, so you’ve only got Oceania left, haven’t you ? In which countries do you plan to go to film ?

Every once in a while I receive messages from hip hop fans in Chile who ask me when Sektion Red is coming to film there. I sense the scene must be pretty strong so I need to go check it out for myself, I’ve never been to South America and it really appeals, not only Chile but Colombia, Brazil, everywhere. To be honest Australia doesn’t appeal as much right now, because even though it’s so far away, culturally they seem very similar to us in the Uk. So I’m not sure I have that much to learn about going there… I’ll make it out someday but it’s not the top of my list right now ! There’s a potential to go to Vietnam soon so that May happening before long, depending on lockdown regulations !

Do you have any particular artists you would like to see in front of your lens ? And in France ?

I used to set goals to work with specific artists, but that’s not how I approach things any more, I don’t think it’s the best measure of success. I wanted to film with Chali 2Na because it was Jurassic 5 who got me into hip hop and he was my favourite artist in the group, but I achieved that at the very early days of Sektion Red. Now I just want to work with talented artists making music, and be able to do the songs justice and add to their art with mine to create something deeper and stronger than just accompanying visuals.

Which video(s) are you most proud of ?

It’s a good question, but I don’t know if I have a good answer ! There are a number of important ones which mark the growth of Sektion Red. The first one with Res and Datkid was my first step into UK hip hop (prior to that and prior to Sektion Red I had been filming only within UK rap and grime with the likes of Giggs, Wretch 32, Ghetts, Krept & Konan, etc.) The first one in Greece with Sadomas was an important one, my first videos with my friend Roy and his crew Kontrollert Kaos in Norway on a personal level. I suppose the videos I’m most proud of though are the ones from the Red Album, because I had put the songs together and made it all happen from the conception : choosing producers, beats, themes, rappers, etc…. So there’s much more of my stamp across the whole release.

Do you ever shoot for other companies, or for videos that appear on another YouTube channel than your own ?

Before I started Sektion Red I directed videos for different channels, a video with Freddie Gibbs for his channel ‘Lord Giveth, Lord Taketh Away’ produced by Statik Selektah for example. But these days my videos are pretty much exclusively released through Sektion Red.

As I remember, you told me that a guy in a bar in Estonia recognized your shirt with the famous red square: do you think Sektion Red has reached a level of worldwide fame ?

You’re almost right, it was some years ago, a guy on the street in Latvia stopped me when I was wearing a Sektion Red tee filming with my Estonian friend Utoopia. It happens from time to time but depends a lot on where I am, my favourite example is when I was introducing my daughter to bubble tea. We went to buy some for the first time after I picked her up from school, the lady serving us looked at my cap and said ‘ohhh Sektion Red’ and said something positive about the videos. My daughter very proudly told her that Sektion Red was my company, the lady tried to give us her own employee voucher for a free bubble tea but I wanted to pay. It meant a lot that now my daughter knew there were actually people out there watching these videos I spend hours editing !

Now that your work is recognized by the big boys, you’re still looking for new videos opportunities ? Or do you check out the artists who want you to shoot their music videos ?

I’m always being sent new stuff and digging around to find new talented artists to work with, both established ones and up n’ comers.

Can we say that Sektion Red is now not just a platform for music videos but a label ? With this album we just talked about, the merchandising sales…

Well we’ve only released one album and haven’t signed any artists. So it’s not a label, nor am I planning to adapt Sektion Red into becoming one. When I came up with the name Sektion Red I was being careful to come up with a name and a brand which couldn’t be pigeon-holed. A lot of businesses which begin as purely video production and distribution include the word « TV », which I think prevents expansion into things like films, music, events, clothing and so on…

Do you plan to sign artists and produce albums stamped with the red logo in the future ? I’ve read in an interview for Blackout Hip Hop, a Croatian media, that a Red Album 2.0 will probably appear one day… With an even greater ambition geographically…

Another album may be on the cards in future, what I have in mind for it will require a lot of work and there’s no rush. So we’ll see, don’t expect anything soon !

In this interview, you also talk about maybe in the future, writing a book about your countless experiences that you were lucky (or unlucky aha) to live. Do you have an idea for a title ?

My daughter actually gave me that idea and I think it’s a good one, maybe I need to speak to her about the title and the other details. Sektion Red will be in solid hands one day if she decides to take it on ! Note, I just asked her about the title and she says you’ll have to wait and see !

Do you have a particular anecdote you’d like to tell us ? Whether it’s taking a plane to a new country, something unexpected on a film set…

Ahh there’s so many it’s hard to know which story to tell, pretty much every shoot brings up some surprises. The key is to work with the spontaneous moments because they often end up making the best scenes and stories to tell later. On my trip to Japan earlier this year I was outside a clothing shop in Harajuku. I started speaking to the guy next to me because he just looked like a hip hop head, it turned out he was a dope rapper. We spoke for a while and 2 days later we ended up filming a video, for one of the scenes we went up Tokyo Skytree, the highest tower in the world. I hadn’t planned to go but the views were incredible and made the skyscrapers below look tiny. I had a great traditional meal with the guys after filming, made some good friends and an extra video. All this only came about because of a random conversation on the street with a stranger. It’s actually the one with LafLife you mentioned to me before Max.

In an interview for Guerilla Grooves Radio (New York), you say that you would like to see your daughter take over Sektion Red at some point… It seems quite possible considering the fact that at 7 years old she’s already taking your press photos !

I want her to do whatever she wants, as long as she’s happy and doing something positive. So there’s no pressure to follow in my footsteps, but I like the idea of building something special that she can work on later if she wants, rather than working for someone else or starting from scratch. She’s at an age where she still thinks I’m cool, so she’s drawn to things I’m interested in. I bought her a camera for her last birthday and she’s been taking my press photos ever since, she’s a natural. But also I’m very comfortable when she’s holding the camera so I can be myself, and think she captures who I am very naturally.

You have Norwegian origins, and I know that because I saw you drop some rhymes in that language and only in that language… Why are you more attracted to the Norwegian language than English as a freestyler ?

Rapping in your native language is too easy and I need a challenge, nah I’m kidding ! It’s because I can get away with garbage rhymes if it’s in another language, I have an excuse !

Tradition with us, a little series of short questions for short answers !

An artist of reference
Werner Herzog

An album
Jurassic 5 self titled album, the one that got me into hip hop.

The unlikeliest collaboration
Michael Bay

A movie
Lilya 4 Eva & Cinema Paradiso

Un superhero
Thor

A beer
Leffe (ruby)

The woman of your dream
I’ll let you know when I find her

The place of your dream
The hytte in Norway

A bald guy
The Rock, as a kid I was a big fan !

A joke
Ahhh I’m going to hit you with my mum’s go to joke, it’s awful !… What room can’t you get into? A mushroom. Sorry !

For the last word I would just like to say that we would be delighted to see you filming for an artist from Marseille, you will be welcome in the south of France, you already know that with the experience of Montpellier in 2017 with Tekilla, Crown, Tupan hehe 

Yeah I’ve never been to Marseille and would love to visit and film there… France has the biggest national hip hop scene outside of the US, and has done since hip hop began so I should be filming in France more than I already do. Any emcees reading feel free to hit me up, send your music over to sektionred@gmail.com

Thanks for the dope interview Air Max !

Credit : Eve Whitehouse

Il est le fondateur de Sektion Red en 2012, une plateforme qui produit et diffuse des clips d’artistes établis et underground (+ de 300 morceaux clippés et 40 000 abonnées sur YouTube).

De la Gambie aux Etats-Unis en passant par la Bulgarie, Oliver Whitehouse parcourt le monde entier avec sa caméra pour y capter l’environnement des rappeurs pour qui il tourne. J’ai donc posé quelques questions à cet envoyé très spécial du hip hop…

Interview (Français)

Raconte nous tes débuts avec Sektion Red… Comment as-tu lancé la chaîne YouTube, comment as-tu obtenu les premiers contacts des artistes pour qui tu as tournés…

J’ai organisé une fête à Newcastle, une ville incroyable du nord-est de l’Angleterre où je vivais à l’époque. Dix des meilleurs artistes de la ville se sont produits, nous avons offert une belle paire de Jordan dans le cadre d’une tombola, nous avons bu des Red Stripe et vendu des chaussettes rouges. Peu de temps après, j’ai balancé un clip avec Shystie, une emcee chevronnée de la scène britannique et des vidéos exclusives avec Chali 2Na et Boldy James des États-Unis. Je filmais depuis quelques années déjà avant de commencer Sektion Red et j’avais déjà de bons contacts.

Si tu devais résumer l’identité de Sektion Red en 3 mots, qu’est-ce que tu dirais ?

Ah je n’aime pas vraiment définir ce qu’est Sektion Red, parce que ce que la vision que j’ai de Sektion Red peut être très différent de celle de quelqu’un d’autre. Mais les fondations sont basées sur mes goûts et ce que j’aime, je les exprime de la manière que je souhaite en tant que fan, que ce soit une vidéo, un vêtement ou un album. Ainsi j’ai rassemblé un public qui a des goûts similaires aux miens. L’élément principal pour moi, c’est de faire ça et de continuer à grandir. De m’en tenir à ce que j’aime.

Fin 2018 The Red Album a vu le jour. Dessus figurent des rappeurs de 15 pays différents : Hongrie, Pays-Bas, Espagne, Grèce, Norvège… Tous les morceaux ont été clippés dans les pays des artistes, c’est une première mondiale non ?

Pour autant que je sache, cela n’a jamais été fait auparavant. Pas jusqu’au niveau où je l’ai amené pour l’album. Des collaborations internationales ont été faites auparavant bien sûr mais jamais en combinant 15 pays différents sur un même album avec une vidéo pour chaque morceau.

On connaît ton amour pour la scène hip hop en Grèce, à quelles autres scènes es-tu attaché ? A part à celle d’Angleterre bien évidemment…
 

Haha oui, j’ai tendance à évoquer la scène hip hop grecque dans la plupart des interviews. Qu’on me pose des questions à ce sujet ou non. Il est vrai que c’est mon endroit préférés pour le hip hop en ce moment. Mais ils ont également été l’un des pays les plus attirés par Sektion Red. Je pense qu’ils ont été très rapides à comprendre et à apprécier, et j’en suis très reconnaissant. C’est un sentiment formidable en tant qu’artiste quand votre travail est apprécié. Ma mère vient de Norvège et j’ai passé beaucoup de temps là-bas, donc naturellement j’ai un lien avec les gens là-bas, un lien de vikings. Mais partout où j’ai voyagé, j’ai trouvé de grands… et d’horribles emcee !

Les 2 premiers concerts que Sektion Red a organisé étaient en Grèce d’ailleurs. L’un à Salonika le 25 octobre dernier et l’autre à Athènes le lendemain. Comme invités, on pouvait retrouver des noms familiers comme Sadomas, Logos Apeilh, Habitus, Res One & Datkid… Comment tu t’y es pris pour mettre en place ces événements et comptes-tu renouveler l’expérience ?

Oui, c’était les premiers de ce qui pourrait être des concerts plus internationaux. J’ai contacté tous les artistes que je voulais voir rapper, j’ai trié les oeuvres avec l’aide de mon amie Si Smithson et j’ai ensuite demandé à Johnny de réserver les salles et de s’assurer que nous avions tout le matériel nécessaire. Mais j’ai un très bon groupe d’amis en Grèce qui m’a aidé le jour même dans les deux villes. Ils ont fait passer le mot à l’avance, je n’ai pas fait ça tout seul. Il est tout à fait possible qu’il y ait d’autres concerts de Sektion Red à l’avenir, bien qu’il semble peu probable que cela se produise de sitôt avec la pandémie actuelle !

A l’occasion du Hip Hop Kemp 2019, tu as pu interviewé des légendes comme A.G de D.I.T.C, R.A the Rugged Man, Immortal Technique… Que retiens-tu de ces rencontres ?

Je regardais Evidence tout déchirer sur la scène principale, en interprétant des morceaux de Weather or Not, qui était mon album préféré de l’année. Après 4 sons joués, l’attaché de presse du HHK s’est précipité et a dit que nous avions le temps d’interviewer Immortal Technique et que cela devait se faire maintenant. J’étais heureux mais aussi déçu du timing… L’interview s’est bien passée mais le temps que nous revenions au concert d’Evidence, c’était terminé. Plus tard dans la soirée, j’étais en coulisses et j’ai parlé avec Edo G pendant un moment, au sujet du tournage d’une autre vidéo à Boston, ou ailleurs. Puis je suis retourné sur scène pour voir Fashawn. J’ai vu Evidence qui attendait de faire une rapide apparition surprise et je suis allé devant. J’ai assisté à tout ce spectacle, ce qui a compensé en quelque sorte ce que j’avais manqué plus tôt.

Après avoir tourné aux 4 coins de l’Europe, tu t’es rendu aux Etats-Unis plusieurs fois, en Afrique, et plus récemment en Asie. T’as tout coché niveau continent, il ne te reste plus que l’Océanie non ? Dans quels pays comptes-tu te rendre pour filmer ?

De temps en temps, je reçois des messages de fans de hip-hop au Chili qui me demandent quand Sektion Red va venir filmer. Je sens que la scène doit être assez forte, il faut que j’aille voir par moi-même. Je ne suis jamais allé en Amérique du Sud et ça me plaît vraiment. Pas seulement au Chili mais aussi en Colombie, au Brésil, partout. Pour être honnête, l’Australie n’est pas aussi attrayante en ce moment parce que même si elle est très loin géographiquement, culturellement ça ressemble beaucoup au Royaume-Uni. Je ne suis pas sûr d’avoir beaucoup à apprendre. J’irai un jour, mais ce n’est pas en haut de ma liste pour le moment ! J’ai la possibilité  pour aller au Vietnam bientôt, ça va dépendre des restrictions concernant le lockdown !

Y-a-t-il d’autres artistes que tu aimerais voir devant ton objectif ? Et en France ?

Avant, je me fixais des objectifs pour travailler avec des artistes spécifiques, mais ce n’est plus comme ça que j’aborde les choses, je ne pense pas que ce soit la meilleure mesure du succès. Je voulais filmer avec Chali 2Na parce que c’est Jurassic 5 qui m’a fait entrer dans le hip hop et c’était mon artiste préféré dans le groupe, mais j’ai réussi à le faire dès les premiers jours de Sektion Red. Maintenant, je veux juste travailler avec des artistes talentueux qui font de la musique, être capable de rendre justice aux morceaux et d’ajouter à leur art le mien pour créer quelque chose de plus profond et de plus fort que les simples visuels d’accompagnement.

Quels sont le(s) clip(s) dont tu es le plus fier ?

C’est une bonne question, mais je ne sais pas si j’ai une bonne réponse ! Il y en a plusieurs qui marquent la croissance de Sektion Red, la première avec Res et Datkid a été mon premier pas dans le hip hop britannique (avant cela et avant Sektion Red, je n’avais filmé que du rap et de la grime britannique avec des artistes comme Giggs, Wretch 32, Ghetts, Krept & Konan, etc.). La première en Grèce avec Sadomas a été importante, mes premières vidéos avec mon ami Roy et son équipe Kontrollert Kaos en Norvège à un niveau personnel. Je suppose que les vidéos dont je suis le plus fier sont celles du Red Album, parce que j’avais rassemblé les chansons et avait tout suivi depuis sa conception, en choisissant : les producteurs, les beats, les thèmes, les rappeurs, etc. Il y a donc beaucoup plus de ma patte sur l’ensemble de l’album.

Est-ce qu’il t’arrive de tourner pour d’autres sociétés ? Pour des clips qui figurent sur une autre chaîne YouTube que la tienne ?

Avant de lancer Sektion Red, j’ai réalisé des vidéos pour différentes chaînes, une vidéo avec Freddie Gibbs pour le son « Lord Giveth, Lord Taketh Away » produit par Statik Selektah par exemple. Mais aujourd’hui, mes vidéos sont presque exclusivement diffusées par Sektion Red.

Dans mes souvenirs, tu m’as raconté que un mec dans un bar en Estonie a reconnu ton t-shirt avec la fameux carré rouge : tu penses que Sektion Red a atteint un niveau de notoriété mondiale ?

Tu as presque raison, c’était il y a quelques années, un type dans la rue en Lettonie m’a interpellé alors que je portais un t-shirt Sektion Red et que j’étais en train de filmer avec mon ami estonien Utoopia. Cela arrive de temps en temps, mais ça dépend beaucoup de l’endroit où je me trouve. Mon exemple préféré est celui où j’ai fais découvrir du bubble tea à ma fille. Nous sommes allés en acheter pour la première fois après l’avoir récupéré à l’école, la dame qui nous sert a regardé ma casquette et s’est exclamé « Ohhh Sektion Red » et a dit quelque chose de positif sur les vidéos. Ma fille lui a dit très fièrement que Sektion Red était ma société, la dame a essayé de nous donner son propre bon d’achat d’employé pour un bubble tea gratuit mais je voulais payer. Cela signifiait beaucoup que maintenant ma fille savait qu’il y avait vraiment des gens qui regardent ces vidéos que je passe des heures à monter !

Maintenant que ton travail est reconnu par les plus grands, tu prospectes encore ou tu réponds aux demandes des artistes ?

On m’envoie toujours de nouvelles choses et je digg pour trouver de nouveaux artistes talentueux avec lesquels travailler, qu’il s’agisse d’artistes établis ou de new comers.

Peut-on dire qu’à présent Sektion Red n’est plus seulement une plateforme de clips mais bien un label ? Avec cet album dont on vient de parler, le merchandising…

Nous n’avons sorti qu’un seul album et n’avons signé aucun artiste. Ce n’est donc pas un label, et je n’ai pas l’intention d’adapter Sektion Red pour en devenir un. Quand j’ai trouvé le nom de Sektion Red, j’ai pris soin de trouver un nom et une marque qui ne pouvaient pas être renfermé dans une seule case. Beaucoup d’entreprises qui commencent par de la production et de la distribution purement vidéo incluent le mot « TV » dans le nom de leur boîte. Ce qui, je pense, empêche l’expansion dans des domaines comme les films, la musique, les événements, les vêtements, etc.

Comptes-tu, dans le futur, signer des artistes et produire des albums estampillés de ton logo rouge ? J’ai lu dans une interview pour Blackout Hip Hop, un média croate, qu’il serait probable de voir un jour apparaître un Red Album 2.0… Avec une ambition encore plus grande géographiquement…

Un autre album pourrait voir le jour dans le futur, ce que j’ai en tête pour cela demandera beaucoup de travail et il n’y a pas de précipitation. Donc nous verrons, n’attendez rien d’immédiat…

Dans cette interview, tu parles de peut être, dans le futur, écrire un bouquin sur tes innombrables expériences que tu as eu la chance (ou la malchance aha) de vivre. T’aurais une idée du titre ?

C’est ma fille qui m’a donné cette idée et je pense que c’est une bonne idée, peut-être que je dois lui parler du titre et des autres détails. Sektion Red sera entre de bonnes mains un jour si elle décide de l’adopter !
Note : je viens de lui demander pour le titre et elle dit que vous devrez attendre pour en savoir plus !

As-tu une anecdote à nous raconter ? Que ce soit en prenant un avion vers un nouveau pays ou un imprévu sur un tournage…

Ahh il y en a tellement qu’il est difficile de savoir quelle histoire raconter… Presque chaque tournage apporte quelques surprises, la clé est de profiter d’instants incongrus car ils finissent souvent par faire les meilleures scènes et histoires à raconter plus tard. Lors de mon voyage au Japon au début de l’année, j’étais devant un magasin de vêtements à Harajuku. J’ai commencé à parler au gars à côté de moi parce qu’il ressemblait à un hip hop head, il s’est avéré qu’il était un excellent rappeur. Nous avons parlé pendant un moment et deux jours plus tard nous avons fini par filmer un clip, pour une des scènes où nous sommes montés à la Tokyo Skytree, la plus haute tour du monde. Je n’avais pas prévu d’y aller mais la vue était incroyable et les gratte-ciel en dessous paraissaient minuscules. J’ai dégusté un super repas traditionnel avec les gars après le tournage, je me suis fait de bons amis et une vidéo en extra. Et tout cela n’est arrivé que grâce à une conversation aléatoire dans la rue avec un étranger. C’est en fait celle avec LafLife dont tu m’avez parlé avant Max.

Dans une interview pour Guerilla Grooves Radio (New York), tu dis que tu aimerais voir ta fille reprendre les rênes de Sektion Red un jour ou l’autre… Ça me parait tout à fait possible compte tenu du fait qu’à 7 ans c’est déjà elle qui prend tes photos de presse !

Je veux qu’elle fasse ce qui lui plaira, tant qu’elle est heureuse et qu’elle fait quelque chose de positif. Donc il n’y a pas de pression pour suivre mes traces, mais j’aime l’idée de construire quelque chose de spécial sur lequel elle pourra travailler plus tard si elle le veut, plutôt que de travailler pour quelqu’un d’autre ou de repartir à zéro. Elle est à un âge où elle pense encore que je suis cool, donc elle est attirée par les choses qui m’intéressent. Je lui ai acheté un appareil photo pour son dernier anniversaire et elle prend mes photos de presse. Elle est naturelle, je suis très à l’aise quand elle tient l’appareil photo, je peux être moi-même et elle capture ce côté sincère, brut.

Tu as des origines norvégiennes, et je le sais car je t’ai vu lâcher quelques rimes dans cette langue et seulement dans cette langue… Pourquoi tu es plus attiré par la langue norvégienne que par l’anglais pour freestyler ?

Le rap dans ta langue maternelle c’est trop facile et j’ai besoin d’un défi, non je plaisante, c’est parce que je peux m’en sortir avec des rimes merdiques si c’est dans une autre langue, j’ai une excuse !

Tradition chez nous, une petite série de question courte pour des réponses courtes !

Un artiste référence
Werner Herzog

Un album
L’album éponyme de Jurassic 5, celui qui m’a initié au hip hop.

La collaboration la plus improbable
Michael Bay

Un film
Lilya 4 Eva & Cinema Paradiso

Un super-héro
Thor

Une bière
Leffe (ruby)

La femme de tes rêves
Je te tiendrai au courant quand je l’aurai trouvé.

Le lieu de tes rêves
La hytte en Norvège

Un chauve
The Rock, quand j’étais gosse j’étais vraiment fan !

Une blague
(intraduisible) Ahhh I’m going to hit you with my mum’s go to joke, it’s awful !… What room can’t you get into? A mushroom. Sorry !

Pour le mot de la fin j’aimerais juste te dire que l’on serait ravis de te voir filmer pour un artiste marseillais. Tu seras le bienvenu chez nous dans le Sud, tu le sais déjà avec l’expérience de Montpellier en 2017 avec Tekilla, Crown, Tupan hehe…

Oui je ne suis jamais allé à Marseille,et j’adorai visiter et filmer là-bas… La France a la plus grosse scène hip hop en dehors des Etats-Unis, et beaucoup de choses ce sont passé ici depuis que le hip hop est né… Donc je devrais filmer ici plus que ce que j’ai fais jusqu’à présent. Si un rappeur lit cette interview et souhaite me contacter qu’il n’hésite pas, envoyez vos sons à cette adresse : sektionred@gmail.com

Merci pour la super interview Air Max !

Credit : Eve Whitehouse
Fermer le menu